BIENVENUE SUR Le Placard d'elle
RECHERCHE
Accueil> Tous les articles de la rubrique le-placard-oublie
Eglantine

Le Placard d'elle

Elle, c'est Eglantine. Ses racines sont en Argonne dans un petit village perdu à la lisière de la grande forêt. Eglantine vous parle de sa cuisine, de ses souvenirs, de là-bas mais aussi d'ailleurs...

Crème de lait bouilli

Lundi 29 Mai 2006, 11:15 GMT+2par Eglantine
tasse

La crème de lait bouilli fait partie des recettes oubliées mais toutefois très présentes dans la mémoire de beaucoup de personnes. C'était un truc à priori infâme qui logeait au fond du frigo dans une petite tase bleue magique. Etait ce pour nous faire oublier sa vilaine texture qu'elle était dedans cette tasse ou tout simplement parce que la tasse représentait la proportion exacte à incorporer aux gateaux que ma mère faisait. En tout cas j'abhorrais cette crème et évitais de porter mon regard au fond du frigo quand elle y trônait.

Un jour les vaches ont disparues du village, le lait frais aussi et la crème avec. Ce ne fut pas une grande perte pour moi de ne plus voir ce truc ignoble au fond du frigo si ce n'est que j'aimais le bleu de la tasse et les vaches dans la prairie. Et puis d'autres choses disparurent,  les tuiles, les gaufrettes à la cannelle et le gateau à l'orange. Il y en avait certes de temps en temps mais bizarrement, ça n'avait plus le même gout. Et c'est à ce moment précis que j'ai réalisé que l'élément qui manquait c'était la fameuse crème. Et elle me manquait........  Un être cher vous manque et tout est dépeuplé.... C'est quand ça disparait qu'on se rend compte de la valeur des êtres ou des choses...

La crème de lait bouillie avait tout simplement disparu de mon environnement. Il fallait aller chercher le lait tous les jours à la ferme. C'était rigolo, on arrivait dans une étable où on prenait en pleine figure la chaleur des animaux mais aussi l'odeur. Ma cousine était assis sur un petit banc et trayait consciencieusement les vaches. Une fois le lait tiré, elle jetait le tout dans un grand bac. C'était chaud, ca fumait, ca sentait bon (si, si je vous assure), c'était beau ce blanc.... Puis avec une mesure louche (n'allez pas croire qu'elle était malhonnête hein ! je veux dire avec une louche qui servait de mesure.... mais je connais pas le nom), elle remplissait notre petit pot de lait.

pot
Heureux et guillerets, nous repartions à la maison tout en testant les lois de l'apesanteur. Oui, oui, on prenait le pot de lait par l'anse, on enlevait le couvercle pour mieux voir et hop, d'un tour de bras, on faisait tournoyer le lait à grande vitesse. Il s'accrochait aux parois et ne tombait pas. Au milieu, il y avait un grand trou, l'oeil du cyclone.... Non, ce n'est pas ça le lait tourné. Ça c'est du lait normal qui arrivera normal si on lache pas l'anse.... Je suis pas sure que ma mère était au courant de nos petits jeux.

Arrivés à la maison et en sifflotant, nous remettions le nectar aux mains de ma mère qui s'empressait de déposer le précieux liquide dans une casserole afin qu'il ne tourne pas (Ah, si elle avait su !). Puis une fois froid, elle prélevait la crème qui remontait au dessus pour la mettre dans la jolie petite tasse bleue.

Quand elle était pleine, soit tous les dimanches, on avait droit au gâteau à l'orange et de temps en temps aux gaufrettes et aux tuiles. Je vous présenterais dans mon prochain post le gâteau à l'orange mais malheureusement: sans la crème de lait bouillie car pour avoir du lait frais, je dois faire minimum 10 km et 10 km tous les jours pour une petite tasse de crème, je ne trouve pas ça très écologique.
Lire des articles de la rubrique

En construction

Mercredi 7 Decembre 2005, 22:17 GMT+2par Eglantine
Le placard oublié

Rurique destinée à recevoir des recettes familiales mais cette fois ci en voie de désuétude

Lire des articles de la rubrique