BIENVENUE SUR Le Placard d'elle
RECHERCHE
Accueil> Tous les articles de la rubrique et-puis
Eglantine

Le Placard d'elle

Elle, c'est Eglantine. Ses racines sont en Argonne dans un petit village perdu à la lisière de la grande forêt. Eglantine vous parle de sa cuisine, de ses souvenirs, de là-bas mais aussi d'ailleurs...

V'la cinq ans que j'blog

Dimanche 12 Decembre 2010, 16:45 GMT+2par Eglantine
V'la 5 ans que j'blogue et j'ai laissé passer, fin novembre,  la date anniversaire.

Mon quotidien culinaire :  Le pain cuit dans le four et embaume la cuisine, je m'apprête à manger une poêlée de champignons agrémentée de crème, d'une pointe d'ail et de thym avec en accompagnement deux oeufs au plat et quelques pommes de terre sautées. Je pense au couscous que je vais préparer demain. Si j'ai du courage, je ferai une île flottante... ça remonte à si longtemps la dernière fois que j'en ai fait. Sympa avec le gâteau à l'orange. Pour le jour d'après, je prévois des nems..... comme j'ai un chou chinois, je continuerai certainement avec la minestrone. En fin de semaine, je ferai peut être un velouté de poireaux, il faut bien que je les utilise... (pourvu que ma famille ne lise pas cet article sinon ils vont faire, non pas ça, pas de soupe....mais moi, j'aime les soupes !)
 
Les jours se suivent et se ressemblent, je ne suis plus très créative, la cuisine de mon blog est ma cuisine de tous les jours.... c'est déjà beaucoup tout ça à faire et à refaire. Je fais souvent des variantes mais je n'ai pas envie d'écrire un article pour une herbe ou une épice qui change.

Je me promène de plus en plus rarement sur les blogs mais je pense souvent à certaines personnes.... elles m'ont enrichies et finalement ont participé à mon éveil culinaire, alimentaire et parfois un peu plus. J'ai toujours autant de visiteurs, beaucoup moins de commentaires puisque moi même j'en laisse rarement, mais ce n'est plus très important pour moi.

J'ai encore beaucoup d'envie comme savoir préparer les crustacés (que je ne mange pas, d'où la difficulté) ou réaliser enfin moi-même le foie gras. En ce moment, je pense surtout à la machine à faire les pâtes.... j'ai envie d'utiliser les légumes oubliés mais par paresse je me contente des légumes que je connais bien.

Ce qui est sur, c'est que j'ai perdu ma frénésie des produits exotiques, non pas par goût mais par sagesse... c'est une larme dans un océan.... d'ailleurs, il m'arrive de craquer ! j'ai aussi perdu ma frénésie d'achat. Ma pensée du jour, ce serait plutôt : faut vraiment que tu sois fêlée pour avoir autant accumulé, maintenant, faut que tu liquides tout ça...... tes placards débordent de partout... tu réfléchis des fois quand t'achètes......

Ces derniers mois, j'ai pensé que j'allais disparaître, non par volonté car j'aurais pu hiberner encore de longues années ainsi mais tout simplement parce que le grand chef de la plate forme ne donnait plus signe de vie. Et puis, il vient de nous faire un petit coucou nous laissant entendre une grosse mise à jour de version dans les mois qui viennent. Heureusement car je ne sais pas  si j'aurais eu l'énergie de tout déplacer ailleurs.... je m'y sens bien dans Ma bulle....  J'aime pas les méga structures....

J'ai du mal à rédiger... parfois, je trouve ça indécent et impudique d'étaler tout ce que je mange mais en même temps, je me dis que c'est un super livre de cuisine ultra pratique parce qu'accessible aux quatres coins du globe (heu ! ça a des coins un globe ??? ), alors j'ai pas trop envie de m'en passer.

Aujoud'hui, c'est sans image, que de la littérature.... mais bon je vais faire un effort, la prochaine fois, ce sera un truc pour les fêtes.....
Lire des articles de la rubrique

Une si longue absence et impressions du Maroc

Lundi 7 Septembre 2009, 11:09 GMT+2par Eglantine
Un certain temps sans écrire sur ce blog. A cela plusieurs raisons : tout d'abord,  après plus de trois ans de blog peut-être le besoin de prendre un peu de recul, un peu moins l'envie de photographier toute la nourriture que j'ingurgite ou de rédiger... 

Mais pas seulement ça, une fin d'année scolaire chargée : les enfants, les études, le travail... un peu d'ordre, ici et là, dans la maison et le jardin... et puis les vacances :  un grand break, un voyage dans un pays merveilleux, le Maroc : des images plein la tête, des tajines plein le ventre, nous ne sommes pas encore totalement revenus.

Le post d'aujourd'hui sera dédié aux situations les plus marquantes mais non exhaustives de ce séjour ! une mention particulière à toutes les personnes que nous avons rencontré, que nous avons aimé et qui se reconnaîtront.

C'est à Marrakech que nous avons choisi d'atterir et c'est chez Nicole que nous avons choisi de passer les deux premières nuits. Le hasard fait merveilleusement les choses. La maison de Nicole est reposante, bien tenue, coquette, décorée aux couleurs du pays mais sans en faire trop. Au centre de son petit patio, un magnifique avocatier : un havre de paix que nous conseillons vivement aux voyageurs un peu à l'écart des rues animées de la torride Marrakech. En plus Nicole connait le Maroc et donne généreusement quelques tuyaux afin de se fondre très vite dans le paysage. Tous les renseignements à cette adresse (clic) ou encore là (clic)
 
avocatier

La bas nous avons visité, l'école coranique ou medersa Ben Youssef

ecole coranique


Le musée ou palais Dar M'Nebhi

musee

 
Le palais El-Badi

Palais el-badi


Puis les jardins de Majorelle un lieu cher à Yves Saint-Laurent
 
jardins de majorelle


Nous avons évidemment déambulé à travers les rues

rues de marrakech

souk de marrakech

place jemaa-el-fna

avant de partir pour un petit périple à travers le pays.

Nous avons voulu voir Ait-Benhaddou, un lieu ou de nombreux films ont été tournés. On croirait un immense château de sable. C'est de l'entretien un lieu pareil car chaque année vent et pluie s'acharnent à détruire l'édifice en pisé   et il faut le reconstruire patiemment mais c'est si beau ! en haut, une vue à 180° sur le désert. Magnifique !

ait benhaddou

vue à 180°

Quelques jours plus tard, et quelques kilomètres plus haut, c'est à  Tineghir que nous nous sommes reposés chez Aissa et ses fils

chez aissa
 
 
Ci-dessous, l'aîné, Mohammed qui nous a accueilli avec un thé à la menthe : un lieu d'accueil reposant

Mohammed


La encore, une petite maison à l'écart du tumulte. Certes, pas de climatisation mais partout des endroits aérés et frais ou des salons pour se reposer à toute heure de la journée ainsi qu'une terrasse pour dormir la nuit si on le souhaite. Et puis, chez Aissa, on mange bien, on mange authentique et frais... tajines, kefta, soupe, thé à la menthe...... L'accueil est simple, juste ce qu'il faut.... on perçoit la vie marocaine. On saura vous conseiller sur les promenades à faire. Si vous avez besoin d'un guide pour faire du trekking et bien vous le trouverez sur place : c'est en partie leur job ! : Pour plus de renseignements (clic)

Près du vieux quartier juif de Tineghir, nous avons aussi rencontré le sympathique Abdou. Abdou vend des bijoux en argent, des plateaux, coffres, tapis et autres objet marocains.
 
abdou le bijoutier

Chez lui, nous avons découvert l'hospitalité. A chaque fois que nous sommes passé le voir, il nous a gracieusement offert le thé à la menthe nous entraînant dans de longues conversations sur le Maroc. Alors, si vous passez près de chez lui, n'hésitez pas à aller lui dire bonjour.
 
Devant la paix qui se dégage de cet endroit, nous avons décidé de poser nos valises pour 3 nuits histoire d'avoir le temps de descendre à pied les 15 km de palmeraie qui vous emmènent aux gorges du Todgha. C'est fou ce qu'on découvre dans une palmeraie outre les plantations traditionnelles : tomates, choux, légumes divers et variés.

Un petit porteur

un âne dans la palmeraie

Des paysans travaillant la luzerne pour alimenter le petit porteur

paysans à l'ombre de la palmeraie

Des canaux d'irrigation

l'irrigation dans la palmeraie

Des paysages somptueux : palmiers aux milieu de champ de maïs entre deux barrières de rochers ocres

enfin des palmiers



palmiers devant rochers

Des dattiers
avec des dattes dessus

Palmier dattier

Et même de petites forêts dans lesquelles on peut se perdre !

Un endroit très ombragé
 
 
Des grenadiers

grenade

Des figuiers


figue

Si on sort de la palmeraie et qu'on grimpe un peu, la vue est superbe

la palmeraie vue de la route
 
En reprenant la palmeraie, juste avant d'arriver aux gorges, on longe une petite rivière

l arrivee aux gorges
 
Enfin la récompense : les gorges du todgha : les photos sont loin de rendre la beauté du lieu. Figurez vous que trois films au moins ont été tourné dans cette région : Laurence d'Arabie, la poudre d'escampette et cent mille dollars au soleil.

les gorges du todgha

la riviere

Après un bref séjour à Ouarzazate ou nous avons rencontré une cigogne perché sur une des tours de la kasbah de taourirt,
 
cigogne
 
nous avons repris le chemin du Sud afin de rejoindre les montagnes autour de Tafraoute.  Juste à côté de Tafraoute, un petit village au joli nom d'Oumesnat. C'est dans la maison traditionnelle, adossée à le montagne que nous avons choisi de nous poser pour deux nuits afin de pouvoir profiter un maximum de ce magnifique lieu de plénitude : un silence impressionnant, des paysages à vous couper le soufle, une atmosphère envoutante : nous avons beaucoup beaucoup aimé.

oumesnat

au pied des montagnes, la maison traditionnelle

la maison traditionnelle

au pied des rochers

A la tombée du jour les paysages s'habillent d'une palette incroyable d'ocres
 
ballade

un paysage à couper le soufle

les ocres d'oumesnat

quelques rochers autour d'oumesnat

Reconnaissez vous la figue de barbarie ?

la figue de barbarie
 
vallée autour d'oumesnat
 
Au petit matin, nous avons eu la joie de découvrir l'amlou et pour cause, nous étions dans le pays des arganiers. Quelle bonheur cette pâte à tartiner faite de miel, d'huile d'argan et d'amandes torréfiées qui peut se tartiner sur un gâteau au chocolat, du pain ou tout simplement se déguster comme je l'ai fait à la petite cuillère. Un petit goût de Nutella mais sans le chocolat et en bien meilleur.

amlou
 
L'huile d'argan culinaire est préparé grâce à un savoir faire millénaire à partir d'une petite amande amère et immangeable produite par l'arganier. Avant traitement, elle est torréfiée. La noix d'Argan ne s'abime pas avec le temps aussi traditionnellement, elles sont stockées et l'huile est faite au fur et à mesure des besoins.
 
arganier

noix d'argan

les amandes de l'arganier

la machine a faire de l'huile d'argan

Evidemment, nous n'avons pas mangé que de l'amlou dans cette auberge. La cuisinière était excellente. Un soir, elle nous a servi une petite soupe de concombre-orange surprenante et délicieuse : un secret qu'il faudra que je découvre. Avant de quitter Oumesnat notre hôte nous a fait visiter une maison traditionnelle encore intacte, c'est si rare de trouver cela au Maroc :

Quelques ustensiles
qu'on aimerait beaucoup posséder même aujourd'hui !

objets traditionnelles

Une superbe meule
à farine : vous vous voyez faire ça tous les jours avant d'utiliser votre MAP ???

meule à farine
 
 
Le salon

le salon de la maison traditionnelle
 
Si vous visitez, le Maroc et plus particulièrement la région, franchement cette auberge est parfaite. Si vous êtes un peu curieux, vous pourrez y apprendre un tas de choses sur les coutumes locales et puis ce n'est pas très cher en regard de la qualité des services offerts : Plus de détails ici (clic)

Nous n'avions pas envie de quitter le Maroc sans voir la mer. Nous sommes donc remontés sur Essaouira anciennement baptisé Mogador par les portugais. Une ville de toute beauté aux portes merveilleuses, une ville toute de bleu revêtue... une fois encore un enchantement des yeux !

une porte à essaouira

maisons d'essaouira

rue d'essaouira

une autre rue d'essaouira
 
les tapis
 
bateau et remparts



pêcheurs et filets de pêche à essaouira
 
les remparts

La criée

Les mouettes

la mer

Une dernière virée à Marrakech, un dernier repas sur la place jemaa el fna
 
la place Jemaa el fna

un petit aurevoir à Nicole et puis le retour qui fut assez difficile. Pas évident de passer de 40° à 12° de température extérieure, d'une vie de nomade à une vie sédentaire derrière un bureau.....

Allez, à bientôt pour de nouvelles aventures, culinaires cette fois !
Lire des articles de la rubrique

V'la trois ans que j'blogue !

Vendredi 28 Novembre 2008, 11:17 GMT+2par Eglantine
V'la trois ans que j'blogue, et oui, déjà.....

Au début, je n'avais qu'un visiteur, Audovère poétesse sur la même plateforme que moi. On s'amusait parfois à se défier sur des jeux. J'adorais son blog : j'ai vraiment été triste quand elle est partie, mon unique visiteuse !. Parallèlement, je m'étais inscrite sur blog-appétit. Quelques semaines plus tard, lorsque l'inscription fut validée, mes visites ont  considérablement augmenté. Dès lors, d'un oeil amusé, je guettais les liens des blogs pionniers. Comme il y a avait très peu de monde, ils étaient visibles plusieurs jours.

Je n'étais pas bien sur d'aller très loin. C'était un vrai jeu avec quand même l'idée de raconter quelques histoires et de cuisiner quelques plats. Etrangement, ce blog a pris de la place dans mon univers : c'est devenu tour à tour une mémoire, un lieu d'échange, un livre de recette... et finalement une habitude.

Aujourd'hui je suis encore là car j'y trouve toujours du plaisir et que je n'ai pas encore raconté tout ce que je voulais raconter au départ. Les choses n'évoluent pas toujours comme on le souhaiterait. J'essaie aussi de lui donner une place plus raisonnable afin de garder des loisirs vrais. Je n'ai plus l'oeil rivé sur "blog-appétit" mais je suis quand même mes blogs favoris au gré de mon temps et puis de temps en temps, je vais à la recherche de nouveaux horizons.  Ce qui m'intéresse, ce sont les recettes capables de m'étonner et qui m'incitent à la découverte.... et puis par dessus tout, j'aime bien les blogs qui racontent, qui s'engagent, qui me font rire, qui me font réfléchir, qui me font rêver.... je crois qu'avant d'être cuisinière, finalement, je suis lectrice...
 
fleurs et pain

Le plus étonnant quand même, c'est que ce blog a amené une mini révolution dans notre façon de nous alimenter : beaucoup plus de produits frais, quasiment plus de produit industriels, très peu de surgelés hormis ceux que je congèle moi-même : de toute façon, je n'ai que trois malheureux petits casiers. Au bout de trois ans, je suis devenue experte en matière de boulange et c'est sans doute ma plus belle victoire pour l'année écoulée : Je fais moi même  baguettes, pain viennois, brioche, croissants, pain de seigle, pâte à pizza... j'achète encore ma pâte feuilletée mais c'est par pure fainéantise car c'est un peu long à réaliser.

Je vois finalement cette expérience bloguesque comme une merveilleuse école de cuisine et je suis loin d'avoir tout appris ! Découvrir un nouveau produit est pour moi toujours très compliqué : en règle général, je l'achète puis souvent je le perds car j'ai un mal fou à le travailler. Une fois réussi, en règle générale, il est adopté, intégré, utilisé et réutilisé.  Nous avons appris la variété. Aujourd'hui je m'étonne et je m'émerveille à la fois lorsque de mon frigo quasiment vide j'arrive quand même avec un petit tour de passe passe à réaliser avec trois fois rien une préparation souvent très simple mais qui nous régale tous :  velouté,  viande en sauce, omelette, risotto, pâtes.... je teste mes limites et peu à peu je les recule... jusqu'où irais-je ?

Ma plus belle récompense, c'est quand quelqu'un teste une recette et me dit qu'il s'est régalé, j'ai l'impression d'avoir un peu partagé sa table. Mais c'est aussi quand un lecteur a aimé une de mes histoires, c'est aussi quand.......    Il est temps que j'arrête de "blabater". Merci de vos idées, merci de me lire, merci de me suivre...

Vous ne serez pas étonnés si je vous dis que le prochain post parlera de boulange.
Lire des articles de la rubrique

Voyage en Italie : album photo et impressions

Lundi 8 Septembre 2008, 11:36 GMT+2par Eglantine
L'Italie était un vieux rêve... Déjà réalisé il y a quelques années par la visite des grandes villes du Nord, Vérone, Venise, Milan mais aussi Pise mais inachevée. Nous avions vraiment envie de voir ces chefs-d'oeuvres archi connus de l'Italie et c'était dans cet esprit que nous avons fait ce voyage, un voyage beaucoup plus culturel que culinaire.

Aussi les photos que je vous présente n'ont rien d'extraordinaire. On  peut  voir sensiblement les mêmes sur énormément de sites Internet. Mais il faut le dire, en vrai, c'est un feu d'artifice constant sous les yeux.

Nous étions dans une petite propriété pas loin d'Arezzo dans un lieu calme, avec une vue imprenable sur les collines toscanes, ponctuant nos journée d'un petit Chianti.

la scheggia
la scheggia campagne environnante

La première ville que nous avons visité, c'est bien sur Arezzo, vous savez là ou le film "la vie est belle a été tourné". C'est ici que nous constatons l'importance de la glace en Italie grâce à ce camion d'une société industrielle toscane. Les glaces, ce sera tous les jours mais avec l'obsession constante de trouver le meilleur glacier. C'est à Assise que nous aurons la révélation grâce à une petite boutique artisanale : les glaces ont des couleurs fades, le vert de la pistache vire au marron, le prix est bas, le choix est très faible.... je prends trois parfums, ma fille trois autres mais je les goute tous : je n'ai jamais mangé de glaces aussi bonnes, le tiramisu est un vrai tiramisu, le chocolat sent le cacao, les fraises sentent le bois : elles sont vraiment aux fruits sans aucun parfum industriel. Moralité : ne nous fiez pas à l'apparence mais au caractère vraiment artisanal de la boutique.

glacier arezzo

place de la vie est belle a arezzo

Le lendemain, nous passons aux choses sérieuses et décidons de visiter Assise. Assise n'est pas en Toscane mais dans la région voisine, l'Ombrie. Assise fait partie de mon rêve, de même que Sienne, Florence, Rome et plus particulièrement la chapelle Sixtine. Il y a de cela de nombreuses années, j'étais passé à côté de cette ville. Une chambre d'hôtel avait suffi à ruiner les pauvres étudiants que nous étions et faute de crédits, nous nous étions résolus à limiter au maximum les visites.

Assise est une ville un peu musée à l'image de Bruges, notre voisine de Belgique. Tout y est absolument très beau. Les marchands de souvenirs sont charmants et  en plus c'est assez bon marché. Au passage je m'offre donc deux moulins à épices en bois d'olivier (on ne se refait pas !) et un beurrier.

C'est dans cette ruelle menant à la Basilique Sainte Claire que nous découvrirons le dernier jour notre glacier. Non, ce n'est pas là, où il y a une superbe affiche représentant une glace, c'est juste après, sur le même trottoir mais beaucoup plus discret.

glacier d'assise

basilique sainte-claire

C'est aussi à Assise au cours d'une promenade que nous découvons les premières fresques qui chose courante en Italie ornent des bâtiments

Fresque sur un mur

Au passage, nous admirons le temple de Minerve aujourd'hui transformé en  église : l'église santa maria sopra minerva

tour de la basilique saint-françois

C'est par la Basilique Saint-François que nous terminons. Ce saint patron d'Italie est à l'origine de l'ordre des franciscains mais aussi de l'ordre de la Fraternité Séculière. Il m'a toujours été particulièrement sympathique par l'exemple de sa vie simple et sans chichi, son amour des autres, son œcuménisme, son respect des autres religions et son côté écolo. La visite de cette basilique m'impressionne. Dans la partie supérieure on découvre les magnifiques fresques de Giotto empreintes de simplicité qui retraçent la vie du Saint en 28 tableaux. Dans l'église basse, ce sont les fresques entre autres de Giovanni Cimabue qui attirent notre regard. Les photos sont interdites mais c'est de toute beauté.

basilique saint françois d'Assise

Vue de la basilique saint françois d'assise

Le lendemain, nos amis nous font découvrir un petit restaurant merveilleusement bien situé, à la cuisine simple; presque familiale mais si bonne... Le menu est imposé : quelques amuse gueule (crostinis tartinés d'un mélange à base de foie de volaille) suivi d'antipasti, différents sortes de plats de pâtes... puis un mélange de viande poulet et lapin accompagné de pommes de terre sautées et d'herbe... pour le final, c'est un vino santo excellent (qui ressemble un peu au vin de paille d'après ce qu'on m'a dit, mais je n'ai pas vérifié) accompagné d'un gâteau de Gênes. Pas de photo, rendez-vous sur le site pour voir les arcades et le cadre ou nous avons mangé. Si vous passez par là, je vous le conseille, c'est pas cher 20 € vin et café compris mais réservez, surtout si vous voulez profiter des terrasses.

Quelques jours plus tard nous sommes à Florence. La première chose qui nous interpelle c'est bien évidemment le fameux Ponte Vecchio dont Paola raconte si bien l'histoire

Ponto Vecchio

La cathédrale, somptueuse nous impressionne...

le duomo de Florence

Juste en face, la porte du Baptistère présente 10 scènes de l'ancien testament, (oeuvre de Lorenzo Ghilberti). C'est la porte que Michel-Ange appela "porte du Paradis".

Florence, porte du baptistère

Puis nous nous rendons sur la place de l'église santa croce, une place merveilleuse... 

place de l'église santa croce

Nous ne pourrons malheureusement pas voir l'intérieur de l'édifice. L'Eglise est fermée. Il est pourtant relativement tôt, aux alentours de 17h.  Nous flanons alors dans les quartiers de Florence découvrant au détour des rues statues, façades et autres merveilles....

le David

détail de maison

rue des statues


Le soir nous remontons sur l'esplanade Michel-Ange à partir de laquelle nos amis avisés nous ont laissé entendre qu'on pouvait voir un superbe coucher de soleil. Non seulement le coucher est là mais aussi les musiciens pour nous faire patienter dans
la bonne humeur
.musiciens sur l'esplanade Michel-ange


Florence le soir

Florence a l'aube

Florence la nuit

Nous ponctuons cette visite en redescendant sur une petite place dont j'ai oublié le nom, regardant un film de plein air sans en comprendre la langue et sirotant en même temps une boisson. Florence est riche de choses à visiter, une journée, c'est grandement insuffisant.

Après Florence, Sienne mais juste avant une petite halte à Monterrigioni.

Monteriggiani

Champ d'oliviers monterrigiani

En entrant dans Sienne, les couleurs des murs me fascinent. J'aime ces tons chauds.

rue détail

 Nous commencons par l'imposante cathédrale

cathédrale

dans laquelle à notre grande surprise entre avec fracas et tambour une foule immense toute colorée d'or et de vert, brandissant avec force des drapeaux. Si un toscan passe par là et qu'il connait cette célébration, je serais ravie qu'il m'éclaire. M'est avis que c'était peut-être les gagnants du palio couru la semaine d'avant.

Sienne intérieur de la cathédrale

Sienne détail du sol

sienne dans la cathédrale


La crypte de la cathédrale de Sienne

 et la bibliothèque Piccolomini : construite à la demande de Francesco Piccolomini (Pie XIII) la bibliotheque contient la collection d'ouvrage de son oncle Pie XII et en retrace la vie.

Bibliotheque Piccolomini

A la sortie, nous nous retrouvons tous sur la piazza del campo, une gigantesque place en forme de coquillage et aux tons ocres. Je ne sais pas si on le perçoit bien sur la photo mais la place a vraiment cette forme, haute d'un côté, elle descend tout doucement vers le bâtiment central situé au milieu du côté opposé. Cette place invite à la rencontre. Ou que l'on soit, on a vu d'ensemble de tout ce qui s'y passe.... je suis émerveillée et séduite....


La place del campio sienne

sienne la place

Toujours accompagnés par nos amis, nous terminons cette journée dans la ville médiévale de San Gimignano ou après nous être promenés entre les tours de cette cité, nous finissons notre soirée sur une très jolie place et devant un bon cappuccino bien crémeux ! Pas de photo, mon appareil n'aime pas  la nuit. C'est le soir que nous vivons la Dolce Vita lorsque tout est apaisé, un point commun à tous les pays méditerranéens.

Notre dernière visite sera pour Rome. Cette fois nous ne sommes plus en Toscane mais dans le Latium. La réalisation de mon rêve se poursuit : je vais voir la chapelle Sixtine. Direction Saint-Pierre et son impressionnante basilique. Au passage, on ne résiste pas à la photographie du garde suisse (il doit en avoir marre, le pauvre !)

garde_suisse_vatican

basilique saint-pierre

basilique saint pierre détail

Lorsqu'on pénètre à l'intérieur, c'est gigantesque. Tout est démesurée, immensément riche, donnant une impression d'omniprésence et de puissance. Beaucoup de statues en hommage aux anciens papes et aux saints de l'histoire du catholicisme, des peintures partout.... Mais personnellement, je préfère la sobriété de la petite église d'Assise... je la trouve plus conforme à mes convictions...

basilique saint pierre intérieur

Après la basilique Saint-Pierre, nous nous dirigeons vers la fameuse chapelle. Nous redoutons la file d'attente qu'il y avait en arrivant mais elle a mystérieusement fondue. Normal, on apprendra par la suite que la visite était gratuite le matin mais pas à l'heure ou nous visitons... tant pis pour notre porte-monnaie. Heureusement qu'il y a des tarifs étudiants.....

Nous sommes avec 3 adolescents. Nous leur donnons quartier libre pour une 1/2 heure en leur disant que nous, nous commençons la visite.... mais là surprise.... nous nous trouvons pris dans une sorte de labyrinthe sans possibilité de retour arrière, avec une foule immense qui nous porte par moment... Tout est merveilleux (sauf la foule) et on va de surprise en suprise mais nos adolescents sont bien loins...  Nous ne les retrouverons que deux à trois heures plus tard, à la sortie du musée nous attendant assis sur les marches. Eux aussi ont rencontré le même problème... et ouf... ils ont pris quand même le temps d'apprécier la visite !. Imprévoyant, nous mangerons ce jour là à 16 heures une pizza express attablés dans un petit restaurant ombragé de Rome.

On s'émerveille d'abord devant des salles contenant foule de statues plus belles les unes que les autres en se disant qu'on ira ensuite voir la chapelle.... un conseil ne pas perdre trop de temps sur les statues si vous avez prévu d'autres visites sur la journée.... le parcours est long (comptez au minimum 3 heures pour tout apprécier et je vous assure, on ne s'y ennuie jamais bien au contraire).

statue chapelle sixtine

sol de la salle des statues

On passe de salle en salle plus merveilleuses les unes que les autres en se demandant quand arrive la fameuse chapelle peinte par Michel-Ange. Tout est beau, les murs, les plafonds et même les sols : sur ce site (clic) pas mal d'explications (à potasser avant de visiter) !

 entrée de la chapelle sixtine
 
salle 1

 
salle des cartes chapelle sixtine
 
salle 2

salle4

salle 5

salle 6

salle 7

chapelle_sol

mozaique dans la chapelle

Enfin on se trouve dans le sacro-saint lieu tant convoité. C'est époustoufflant de beauté mais il y a un monde fou. Les gens s'agglutinent dans cette salle pour voir le détail. La chaleur est étouffante, on ne peut pas rester longtemps. Une visite à faire quand Rome est vide... mais aucun regret. On s'essaie quand même à fixer l'image pour la regarder mieux chez soi par la suite. La pièce est sombre, l'appareil un peu faiblard...

Chapelle sixtine détail

Chapelle sixtine - le jugement dernier
 
Au plafond 9 scènes illustrant les épisodes de la Genèse, autour prophètes et sybilles, au fond la scène du jugement dernier. L'histoire est assez bien expliqué à cette adresse (clic).
 
chapelle sixtine détail 2

chapelle sixtine détail 3

Le reste de la journée est flanerie à travers les rues de Rome, d'abord près de la Fontaine de Trevi qui m'a beaucoup étonnée. Evidemment, elle est superbe mais je m'attendais à ce qu'elle soit située sur une place gigantesque alors qu'elle est sur une minuscule place, accolée à un bâtiment, le palazzo Poli. Impossible avec un appareil comme le mien de faire une photo d'ensemble du tout... pas assez de recul.

Fontaine de Trevi

Nous terminons bucoliquement cette journée près de très vieilles ruines : le colysée et le palatin.

le colysée

le palatin


Derniers moments de détente avant le grand retour, les ados se lachent !



le retour moment de détente

station de métro

Mon seul regret : toujours énormément de personnes autour de toutes ces merveilles qui empêchent parfois de prendre du recul par rapport à l'ensemble. Peut-être vaut-il mieux choisir l'arrière saison pour avoir un peu plus de tranquillité mais quand même, un très beau voyage.

Allez, ne vous étonnez pas si dans les jours qui viennent, je m'essaie à la cuisine italienne... ce sera la prolongation de ces quelques jours de bonheur !
Lire des articles de la rubrique

Et tous les ans, ça recommence...

Lundi 12 Mai 2008, 11:23 GMT+2par Eglantine
PAUSE JARDINAGE

Oui, à l'arrivée des beaux jours, je ne résiste pas à l'appel de la pelle et du rateau pour mettre un peu d'ordre dans mon jardin et croyez moi, il y a beaucoup à faire !

Tondre la pelouse (ça c'est pas moi),

obier

Retirer les mauvaises herbes,

sous larbre

Retirer les épines du sapin trop généreux

devant

Limiter la flore...

saponaire

Tailler....

pierris

S'asseoir et regarder

fenetre



lilas


lilasblanc


rubus
 
 
azalees mollis
 
Lire des articles de la rubrique

La guerre des tiques : épisode III

Mardi 6 Mai 2008, 11:16 GMT+2par Eglantine

Autant, vous le dire, en ce moment, je n'ai pas vraiment la tête à cuisiner et surtout à rester devant mon ordinateur. Voici venir, pour nous, les premiers beaux jours. Nous ne savons pas combien de temps ils dureront, alors on en profite : jardinage, balades, farniente, tout sauf l'ordi et les casseroles.....

Et à propos de balade, rappelez vous.... il y a maintenant plus de deux ans que j'ai ouvert ce blog. Lors de mes recherches champêtres, je me suis fait mordre par une tique et j'ai ainsi fait connaissance avec la maladie de Lyme... depuis ce jour, je leur ai ouvert une guerre sans merci et je profite de ma pseudo-notoriété pour inciter les promeneurs à la prudence. Je me suis jurée que tant que j'aurai ce blog, tous les ans vous aurez droit à un article concernant ces méchantes petites bestioles dégoutantes.

 

la foret de florent

 

Alors pour ceux qui ne connaîtraient pas mon histoire, je vous invite à lire les deux précédents épisodes :

Episode 1 (clic)
Episode 2 (clic)

La maladie de Lyme est une maladie sérieuse qui peut devenir dramatique et elle peut être très facilement évitée et même guérie en prenant des précautions élémentaires et très simples :

  • Se couvrir de la tête aux pieds quand on va dans des endroits herbus ou dans des bois.

  • S'examiner de la tête aux pieds au retour de la balade pour voir si une de ces méchantes petites bêtes n'a pas commencé à vous sucer le sang.

  • Ne jamais oublier qu'il faut quelques heures pour que l'infection puisse commencer : si vous faites des balades d'une journée, examiner vous à la mi-journée.

  • Utiliser uniquement une pince à tique pour retirer l'éventuelle intruse ou si vous êtes habiles, une pince à épiler (saisir la tique et tirer lentement)..

  • Jamais d'ether ou autre produit fantaisiste, jamais de violence pour éliminer le monstre : elle régurgiterait et multiplierait le risque d'infection

  • En cas d'apparition d'une auréole pâle et qui s'étend de façon centrifuge sur votre peau même en l'absence de la vision d'une tique : consultation du médecin et le convaincre de vous prescrire un antibiotique adapté, sinon changer de médecin pour cette fois. Mon auréole avait un diamètre de 30 cm, attention, elle disparait naturellement mais ça ne signifie pas la guérison : consulter avant disparition, l'auréole est une preuve qui entraîne diagnostic et antibiothérapie, après, il sera probablement plus difficile d'obtenir un traitement !

  • Plus tôt on est soigné, plus on a de chance de guérir définitivement. Lorsqu'elle est détectée ou soignée trop tard, la maladie laisse des séquelles parfois très invalidantes.

Plutôt qu'un long discours, je vous livre en vrac une sélection choisie de commentaires que m'ont laissé des lecteurs victimes de cette maladie... vous trouverez la globalité des commentaires, mes réponses ainsi que des adresses de sites traitant de cette maladie dans les deux articles précédents (voir ci-dessus).

PS : je tiens à préciser que je n'ai aucune compétence médicale en matière de conseils si ce n'est pas propre expérience de patiente. Les témoignages ci-dessous sont ceux de gens qui le plus souvent cherchent à s'en sortir et à qui j'ai essayé de répondre en fonction de mon vécu.

 

le bonheur est dans le pré

 

************************

Emilie, le 30 avril 2007 : Merci de dénoncer la méthode de l'éther ! je hurle à chaque fois que quelqu'un dit qu'il l'utilise !!!! j'ai connu deux personnes atteintes par la maladie de lyme, et toutes les deux ne seront jamais guéries définitivement. C'est une maladie terrible, très handicapante, et pourtant très peu connue ! alors merci d'en parler !!! (pour ma chienne, j'ai toujours une pince à tique sur moi)

Autre Emilie, le 30 avril 2007 : Ton article est précieux. En Franche-Comté, nous la connaissons très bien cette maladie, nous mettons de T-shirts à manches longues et nous nous inspectons chaque fois que nous revenons de ballade. Je suis contente de lire que tu vas mieux, c'est une bonne nouvelle

Lisanka, le 30 avril 2007 : La maman de ma meilleure amie a failli en mourir il y a quelques années. Le médecin n'avait visiblement pas diagnostiqué la chose: il avait pensé à de la dépression ou à de l'anorexie. Elle est tombée dans le coma, je crois. Alors merci pour cet article. Je fais très attention depuis, surtout que je pratique la course à pied en forêt donc il y a des risques! Impressionnant le traitement que tu avais. C'est fou de voir qu'une si petite bête puisse faire autant de ravages!

Isabelle, le 21 mai 2007 : Mon fils de 3 1/2 a été piqué par une tique il y a un mois. Elle avait eu le temps de le mordre mais pas de se gorger de sang. Je pensais que tout irait bien. Le soir même medecin a prescrit des antibiotiques pendant une semaine "une semaine et le risque de contamination sera écarté!". A sa demande j'ai aussi fait une prise de sang pour constater l'augmentation de la vitesse de sédimentation. Mon fils est devenu pâle et fatigué. Une auréole rose est apparue dans les trois jours de la piqure mais comme il prenait des antibio je pensais qu'il était hors de danger. La semaine dernière il a eu deux forts accès de fièvre. Autour de moi tout le monde m'a dit, "ne t'inquiète pas, cela n'arrive jamais". Hier soir à nouveau l'auréole est apparue et c'était gonflé. J'ai appelé mon médecin qui me dit qu'il a été contaminé et que les premiers antibiotiques n'ayant pas suffi, il faut passer au traitement plus long et plus lourd... spécifique aux tiques. Je commence le traitement cet après midi. J'en veux aux médecins et j'en veux aux pharmaciens de ne rien savoir sur cette maladie. Personne ne sait rien, tout le monde en a "vaguement" entendu parler. Et je répète, cette tique n'était pas gorgée de sang. Nous faisions le coffre dans un jardin à la campagne, les enfants étaient dehors sous un arbre depuis 10 minutes, nous allions partir, il m'a dit "maman j'ai une petite bosse sur la tête"... C'était une tique. Nous avions aussi passé de l'éther sur sa peau après enlevé cette saleté... Cela n'arrive pas qu'aux autres.

Choukette, 23 novembre 2007 : Bonjour. Conseils : Consulter un médecin, en cas de piqure. Si une auréole rouge .apparait à 20 cm de la piqure, la maladie est sans doute en train de s'installer. Un an après, j'ai eu une sérologie positive , traitement : 20 jours d'antibiotiques. A prendre très au sérieux , si la bestiole est porteuse du germe, on a toutes les chances d'avoir des problèmes, dans un avenir proche, ou lointain. Régions les plus dangereuses façade Est de la France. Sortez couvert, manches etc...

Petitdm, 6 janvier 2008 : Très bon article. C'est la 2ème fois que je me ramasse la maladie de Lyme (analyse sanguine à l'appui et symptômes typiques) et à chaque fois je n'ai constaté aucune piqure ni erythème .... de ce fait les conséquences deviennent quelque peu grave: douleurs aticulaires, perturbations cardiaques, trouble du language etc.... En 2006 j'ai été traité par 15 jours d'antibiotiques par voie orale, cette fois en 12/2007 c'est 20 jours d'antibiotique par perfusion. A ce jour 05/2008, j'attends avec une certaine anxiété que les troubles cardiaques disparaissent. J'habite dans une vallée vosgienne.

Lilo, le 20 octobre 2006 : C'est très bien que tu parles de cette maladie, surtout à cette époque. Je l'ai contracté également. Il est important de préciser qu'elle modifie également le comportement du sujet, qui devient anxieux et dépressif sans raison apparente. J'ai découvert cette tache sur mon mollet, je suis allée au détermo et directement il m'a fait des analyses de sang, en pensant que c'était bien cela. J'étais vraiment triste depuis quelques semaines, aux bords des larmes et mon médecin m'a expliqué que cette maladie provoquait cela, entre autres. J'ai eu un traitement d'un mois car le virus était tenace. Et à chaque fois que je vais en forêt, je mets mon pull à laver et pareil pour les enfants... Vraiment bien ton billet !

Syl, le 30 juin 2007 : Vous avez de la chance, les filles d'avoir été dépistées au stade 1. Je suis arrivée au stade 3 sans diagnostic, et à moi les "trucs cardiaques" et autres horreurs neuros et arthritiques. J'ai survécu, invalide à 50%. A ce stade-là, ça ne guérit plus, qu'on se le dise. On reste à vie, dans le meilleur des cas, pseudo-stabilisé, à guetter une rechute

Kiké, le 6 août 2007 : bonjour je viens de lire votre article surla maladie de lyme . Je suis atteint depuis 4 ans et sachant que j'ai beaucoup de mal à m'ensortir , je voudrais savoir quel est votre recette , à base de plantes ? ou autre.

Michael76, 6 septembre 2007 : bonjour, je m'appelle Michael, bucheron depuis 10 ans (en contact permanent avec les tiques). En début d'année une grande fatigue s'installe ainsi que des maux de tête et en juillet mon médecin m'envoie faire une analyse. Le diagnostic tombe: c'est la maladie de lyme. A l'hopital on me dit qu'il faut faire d'autres analyses avant de pouvoir me donner un traitement. Un mois d'attente et au bout du compte, on m'annonce que la maladie est probablement finie (car le taux d'anticorps a baissé).Je suis donc ressorti sans traitement alors que ma fatigue est persistante et les maux de tête régulier. Comment se fait -il que mes symptomes ne disparaissent pas ? Merci pour vos réponses.

Martine, 7 août 2007 : Bonjour.... dites-moi... neuroborelliose débutante stade 2 (engourdissement léger visage côté gauche). Avant cela (un gros mois environ) : stade 1(céphalées et fièvre de 3 jours) ensuite 10 jours plus tard : idem (stade 2 ?)mais aggravée de douleurs dorsales et musculaires, vomir une fois, déglutir difficilement pdt 3 h une fois,, tt cela se calme et hop ! légère paralysie faciale gauche (légère asymétrie et vue trouble de l'oeil gauche). Traitée pdt 14 j avec Ceftriaxone 2 gr/jour.. en IV. >>>>> visage redevenu normal en qqes jours. Près d'un mois après : petites douleurs oreillesde temps en temps, crampes pied gauche la nuit.... sensations de brûlures sur le corps (mais cela depuis plusieurs mois, solutionnées par prise de Supardyn). Grand grand merci à la personne qui pourra me donner son opinion.... Dois-je envisager le traitement "d'enfer"....

Lire des articles de la rubrique

Top ten : rétrospective 2007

Lundi 21 Janvier 2008, 12:01 GMT+2par Eglantine

Je n'ai pas dérogé à la tradition bien établie qui veut que pour la nouvelle année on présente son top ten. Difficile de faire un choix car si je publie, c'est forcément qu'on a  aimé. J'ai donc choisi symboliquement des recettes qui m'ont apporté quelque chose mais ce ne sont pas forcément les meilleures.

 

Camembert en pate filo

Une petite gloriole personnelle, cette recette a été cité dans un article du monde et puis c'est la découverte du balsamique dans les sauces


croquettes noisettes

Grâce à elles, j'ai gagné un magnifique casse-noix offert par la sieste. Ce sont avant tout de merveilleux souvenirs familiaux

 

nougat glacé

Tout simplement parce que c'est irrésistible. Je le fais depuis longtemps, il ne m'apporte rien excepté un immense bonheur quand j'en mange


flans triple couche

Une jolie surprise, je n'en ai jamais refait parce que ça demande quand même un peu de travail mais nous avons adoré et j'ai pour projet de refaire. Heureusement que j'ai un blog pour mémoriser ce genre de recettes !

 

le sicilien

Un gâteau majestueux !

 

tiramisu

Avant cette réalisation, je n'avais mangé que des tiramisu industriels. C'est pour moi la découverte du mascarpone, une texture merveilleuse...

 

knodels aux quetsches

C'est une année ou je m'éclate avec les fruits. Traditionnellement, je ne faisais que des tartes aux fruits, mais au mois d'août, devant l'abondance des prunes, j'ai eu vraiment envie de tenter autre chose.... ce sera pâtes de fruits, crêpes, bavarois, tarte alsacienne... mais la meilleure surprise reste ces knödels : un véritable délice.

 

pizza sucrée

Un défi lancée par Inoule, une inspiration flash et une prochaine édition à organiser. Étonnant mais étonnamment bon aussi

Cassoulet maison

Un défi lancé cette fois conjointement par Estèbe et Gracianne. Je me suis réconciliée avec les bons vieux plats traditionnels de nos régions. Pas très photogénique mais qu'importe, drôlement bon. L'expérience est à renouveler, notamment pour d'autres plats. 

 

magret sauce cynorrhodon

Le résultat de quelques années de lecture et d'apprentissage bloguesque. Sans les blogs, je n'aurais jamais réalisé ce plat qui a plu à toute la famille.

Finalement, je m'aperçois  que je donne de plus en plus libre cours à mon imagination dans la cuisine. Rien que dans ce top ten, 4 créations personnelles. J'ai appris au cours de ces années à maîtriser de nouveaux produits. Je sais maintenant  qu'avec un peu de pratique, il est facile de manger varié et bon sans avoir besoin de casser sa tirelire : sur cette page, hormis le cabillaud ci-dessous, rien de vraiment coûteux. On peut très facilement s'affranchir de la nourriture industrielle, c'est un bénéfice pour tout le monde. Je ne peux résister à vous mettre un lien vers une dernière création, une recette à base de poisson : si bon mais si menacé.
 

Coeur de cabillaud sauce estragon et fenouil legumes et asperges sauvages

cabillaud sauce fenouil

 

Lire des articles de la rubrique

Meilleurs voeux

Samedi 5 Janvier 2008, 12:08 GMT+2par Eglantine
 Une très bonne et heureuse année 2008 pleine de joie et de gourmandises bien entendu.
 
 
 
 
voeux 2008




En ce qui me concerne, si la fin de la précédente fut bonne parce que bien entourée, culinairement ce fut un fiasco... et je n'ai pas encore retrouvé toutes mes papilles gustatives, ni l'envie réelle de reprendre les chemins de la cuisine mais je suis sur la bonne voie !!!
 
 
DONC A TRES BIENTOT !
 
 
 
Lire des articles de la rubrique

V'la deux ans que j'blogue

Vendredi 23 Novembre 2007, 12:14 GMT+2par Eglantine
Et oui, deux ans déjà....

Tout au début, une curiosité, puis peu à peu une vraie frénésie, en cours de route quelques doutes....

Et puis, au cours du temps,

Une certaine forme de reconnaissance :  la surprise mais aussi la joie de voir un lien vers mon blog sur des sites ou blogs dont j'ignorais l'existence même. La joie aussi de voir que mes recettes ne s'arrêtent pas une fois qu'elles sont publiées mais que des lecteurs les testent et les apprécient.

Des commentaires parfois émouvants : un lecteur qui grâce à mon post replonge dans son passé redécouvrant le poème de son enfance,  retournant sur les pas d'un amour de jeunesse, poursuivant lui aussi les traces de ses souvenirs, d'autres qui sont complémentaires à l'article édité...

Des dialogues et des échanges avec des passionnés de cuisine, des conseils et même des recettes....

Un véritable enrichissement personnel :
  • vous lire me permet de découvrir chaque jour de nouveaux horizons que ce soit dans le domaine culinaire, à travers vos histoires ou à travers votre région.
  • alors que je pensais connaître la cuisine, j'ai appris à cuisiner. Avant, je copiais, maintenant j'improvise très souvent des recettes à partir des ingrédients que je trouve dans mes placards. 
  • je suis curieuse et j'ai envie de découvrir de plus en plus de nouvelles saveurs.
  • écrire des histoires familiales, replonger dans mon passé m'oblige à un réel travail de réflexion et de recherche. Ainsi je redécouvre ou plutôt je découvre un univers qui à la réflexion m'était inconnu..
Pour toutes ces raisons donc, je serais encore quelque temps avec vous.....  mais
je vois aujourd'hui le blog différemment :
  • C'est une sorte de journal à la fois intime et non intime : intime parce que ceux qui ont vécu ce que je raconte s'y reconnaissent, non intime parce que je le rend public.
  • C'est aussi un formidable livre de cuisine pour moi-même parce que se trouve réuni là, tout ce que je pratique au quotidien et que j'ai aimé : c'est réellement ma façon de nous alimenter. D'ailleurs, nos repas se sont considérablement améliorés et enrichis. Je retourne souvent sur ce livre virtuel pour y refaire les recettes que j'ai découvertes.
  • Le blog, c'est une formidable école culinaire...
 Ce blog restera, vivra au rythme de son auteur tant qu'il ne lui sera pas un fardeau.

Un grand merci à tous ceux et celles qui me suivent, blogueurs ou simples lecteurs et que je ne citerai pas de peur de blesser ceux que j'aurais forcément oublié, un grand merci à tous ceux chez qui au quotidien je puise des idées...

A très bientôt pour de nouvelles histoires et recettes !.


Lire des articles de la rubrique

Une pizza, mais à quoi ?

Mercredi 31 Octobre 2007, 12:04 GMT+2par Eglantine
Une pizza, mais à quoi ?
 


Pizza

 
 
Réponse sur le prochain post !
Lire des articles de la rubrique

Mon album de vacances pour Anne

Lundi 3 Septembre 2007, 11:48 GMT+2par Eglantine
Voici un petit résumé de mes vacances et en même temps un petit cadeau pour Anne et son album. Mon appareil photo ayant décidé d'être un peu facétieux pendant mon séjour, c'est une sélection parmi ce qu'il m'a autorisée à prendre que vous aurez.

Ce furent des vacances assez courtes mais assez intenses. Pas beaucoup de soleil en début de séjour, donc beaucoup de flaneries à travers les vielles pierres : cathédrales, musées...

Quelques villes et villages sur notre route dont Estaing, un petit village qui mérite un arrêt et une petite flanerie (vous avez vu le temps menaçant au-dessus). Ceci dit la ballade fut très agréable car il ne faisait pas froid et la pluie a eu la délicatesse d'attendre notre départ pour se lacher et malgré les apparences, nous avons eu quelques rayons de soleil..

estaing

puis Rodez : j'ai un faible pour les vieilles pierres, les cathédrales, leurs voutes et leurs vitraux. Parfois ça énerve un peu mais moi j'aime ces lieux, le calme qu'on y trouve, l'odeur de l'encens, la lumière des bougies, la luminosité des vitraux.

rodez_cathedrale

rodez_vitraux

ensuite Albi,


murailles_albi

ville rose à la cathédrale(sainte-cécile) impressionnante, architecture massive, décoration surchargée qui laisse bien pressentir même sans aucune connaissance de l'histoire, les luttes de pouvoir qui ont pu se dérouler dans cette région.C'est un petit joyau d'architecture et de décoration mais pour moi qui aime les choses sobres et simples, un peu effrayant et pas très reposant, cependant à voir absolument. On ne peut que s'incliner devant le savoir-faire des artistes et architectes qui ont réalisé cette cathédrale.

cathedrale_albi

cathedrale_albi

voute eglise



ruelles_albi

Après la visite de la cathédrale Sainte-Cécile et devant la pluie omniprésente, nous nous sommes réfugiés dans le musée Toulouse-Lautrec : nous avons passé un très bon moment avec cet artiste qui  nous a fait partager sa légèreté, sa gaieté, ses virées dans les lieux coquins de son époque. Un très agréable moment ludique

musée_toulouse_lautrec

Enfin quelques ballade champêtres : Dans Vabre pour voir les quelques derniers lavoirs qui subsistent

 vabres

Dans Cordes sur ciel, village medieval très bien conservé

cordes_sur_ciel

avec un petit jardin oriental sympathique trop petit à mon gout et dont on a fait bien trop vite le tour

jardin_oriental_cordes

Et puis Lautrec ou je n'ai pas résisté à l'envie d'acheter de l'ail rose mais ça, ce sera pour un autre post. Un très joli village, calme et vivant contrairement à Cordes ou le tourisme l'emporte sur la vraie vie locale.

voute_lautrec

ruelle_lautrec

moulin_lautrec

toits_de_Lautrec

Une touche orientale sur le chemin qui mène au moulin : au fond, un cèdre du liban, et en avant plan, un pin d'Alep.

arbres_lautrec

Nous avons terminé ce séjour par une petite incursion dans Aurillac en fête grâce à son festival annuel de théâtre de rue. Ici, pas de problème existentiel pour savoir ce qu'on va manger. La cuisine rapide et de rue est reine et vous avez le choix :

Cusine régionale, frites, merguez, kebab, mais aussi truffade, aligot....
 
aurillac

cuisine asiatique, végétarienne

aurillac2

aurillac8

churros, crêpes

aurillac

l'important n'étant pas pendant ces 4 jours de bien manger mais surtout d'assister et de participer au théâtre de rue et c'est cette dernière photo que je choisis de te donner Anne pour ton album de vacances car finalement c'est elle qui symbolise le mieux ce que doivent être pour moi les vacances : un moment de magie, de détente, de partage et d'intense plaisir, une succession de moments heureux et un petit voyage hors du temps.....

aurillac
Lire des articles de la rubrique

Auprès de mon chêne...

Dimanche 8 Juillet 2007, 11:52 GMT+2par Eglantine
Voila, c'est les vacances pour moi aussi, je vous laisse donc pour un temps incertain en compagnie de quelques photos du compagnon  que je suis partie retrouver....
 
 
allee


J'ai plaqué mon chêne
Comme un saligaud
Mon copain le chêne
Mon alter ego
On était du même bois
Un peu rustique un peu brut
Dont on fait n'importe quoi
Sauf naturell'ment les flûtes
J'ai maint'nant des frênes
Des arbres de judée
Tous de bonne graine
De haute futaie
Mais toi, tu manque à l'appel
Ma vieille branche de campagne
Mon seul arbre de Noël
Mon mât de cocagne

hauteur chene

Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
M'éloigner d' mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
Le quitter des yeux

 ............

chene_hauteur2


ecorce

taille


Il faut au minimum 4 adultes, main dans la main et bras tendus pour le cercler.
La tempête de 1999 a eu pitié de lui, il est resté intact pour notre plus grand bonheur !


tronc

foret

foretbois
 
 
Bonnes vacances à toutes et à tous
 
... et à bientôt !
 
 
Lire des articles de la rubrique

Dans l'Nord, y'a pas q'les corons

Lundi 14 Mai 2007, 12:06 GMT+2par Eglantine
Certains blogs me font voyager, Rosa , Hélène. Il y en a beaucoup d'autres encore...  mais ce sont les deux derniers que j'ai visités, j'ai encore leurs images dans les yeux. Et puis dernièrement, ces visites ont éveillé en moi des souvenirs et notamment celle d'une balade le long des côtes du Nord au mois de mai de l'année 2005. Aussi j'ai eu envie de vous faire partager ces instants privilégiés et de vous montrer un Nord différent de celui qu'on vous présente généralement à  travers les médias. Non le Nord  n'est pas triste. C'est un pays qui a le sens de la fête, sa grande braderie en est l'exemple le plus voyant, mais il y a aussi les rencontres internationales de cerf-volant à Berck-sur-mer, le carnaval de Dunkerque, les ducasses et leurs géants, et tant d'autres manifestations des deux côtés de la frontière..... C'est un pays ou on aime la culture et les arts, en témoignent les nombreuses expositions et musées, les vieux bâtiments dont l'extraordinaire piscine de Roubaix, la vieille bourse où se retrouvent bouquinistes et joueurs d'échecs, l'orchestre national... etc, etc... C'est un pays où il y a énormément de richesses et de traditions culinaires : bière, vergeoise, chicorée, spéculoos, genièvre, chicons, carbonnade, fromages divers, locaux et variés, produits maraîchers et j'en passe........ etc

Et puis et ça on le sait moins, Le Nord et notamment la côte d'Opale ont une luminosité extraordinaire. Si certains raillent quand ils viennent  chez moi parce que ce jour là ils découvrent un ciel gris, d'autres ne s'y sont pas trompés et ont su saisir ces instants magiques. Le Nord et de façon plus étendue la Flandre aurait elle pu générer autrement des peintres aussi prestigieux que Vermeer, Brueghel, Rubens, Van Gogh, Van Dyck et j'en passe.... Oui, tout celà me rassure, je ne suis pas la seule à voir des reliefs imaginaires dans les paysages du Nord.

Il est des jours où la lumière est merveilleuse et être à  ce moment dans une ville comme Bruges ou Gand ou bien sur les côtes est un vrai bonheur, un vrai cadeau de la vie. Ce jour là, ce fut sur les côtes et encore une fois, le ciel fut avec nous.

De Calais à Sangatte :

La journée commence par un déjeuner au bord de la plage à l'entrée de Calais. Le restaurant est insignifiant et n'a rien d'extraordinaire. A ce moment là je ne bloguais pas encore et je ne pensais pas à cette idée loufoque qui est de photographier tout ce qu'on mange. J'étais alors totalement absorbée par la longue plage et le roulis de la mer.

N1

N3

N4

N5

Bien repus, nous étions prêts à reprendre le chemin des côtes. Après une brève visite des quartiers avoisinant, nous reprîmes notre véhicule pour montrer à notre invité les lieux hautement touristiques que sont le cap Griz-Nez et le Cap Blanc-Nez. La route était souriante et colorée. La nature avait fait le maximum pour nous accueillir et avait revêtu ses plus beaux habits : terres fraichement labourées, colza, ajoncs en fleur et pour couronner le tout, un  manteau d'Arlequin.

N6

N7

N8

N30

Arrivés au cap Griz-Nez, nous ne résistâmes pas longtemps à l'idée d'une petite balade le long de la falaise.

N11

N9

N12

N15

N16

N18

N19



N21

N22

N23

N24


L'escale suivante fut la petite plage d'Audresselles, endroit cher à mon coeur, découverte grâce à de précieux amis nordistes plus chers encore à mon coeur. Il est rare que nous passions une année complète sans aller nous ressourcer une fois au moins dans cet endroit reposant et calme.

N25

N26

N27

N28

N29


Nous restâmes très peu de temps au cap Blanc-Nez, étape suivante, pour une simple et bonne raison. C'est un endroit très joli, une falaise de 134 m de haut donne un point de vue inoubliable. On peut  faire de jolies promenades le long des falaises. Personnellement je trouve cet endroit très impressionnant. D'ailleurs, lorsque je suis là-haut, je suis tétanisée par la peur (ben oui, j'ai le vertige...). Mais dans le Nord, quand le vent se met à souffler, et notamment en haut du cap Blanc-Nez, il est souvent violent et glacial surtout en fin d'après-midi. Très peu de photos donc mais si vous êtes intéressés, je vous invite à visualiser quelques photos sur ce site là (clic). Nous avons vu la même chose.

N31

N32


La journée se termina sur la petite plage de Sangatte ou nous prîmes un réel plaisir à regarder le soleil se coucher et à admirer un joli spectacle tout en couleurs et entièrement gratuit. Encore une fois, la nature avait mis ses plus beaux atours pour nous accueillir. Avez vous remarqué sur les photos qui suivent que le ciel s'est doté d'une ligne d'horizon exactement semblable à la couleur du sable un peu comme s'il avait peur qu'on le confonde avec la mer !

n33

N34

N35

N36

Dans le Nord, y'a pas qu'les corons............
Lire des articles de la rubrique

La Maladie de Lyme.... Suite.....

Lundi 30 Avril 2007, 12:02 GMT+2par Eglantine
Allez, pour une fois un article un petit peu plus sérieux que les autres. Le beau temps est revenu et avec lui les belles balades. Pas d'hiver rigoureux donc ces affreuses bêtes, les tiques,  vont encore infester les herbes hautes et les ronces ainsi que les forêts.

Amis promeneurs, je vous invite donc à lire mon précédent article ou à le relire si vous avez oublié les ravages que peuvent causer les tiques : la maladie de Lyme ou Borréliose. C'était un article paru en Octobre 2006. Croyez vous que ce fut fini : pas du tout, je m'en vais vous conter le reste de mon aventure.

Si on reprend mon histoire là ou elle s'était arrêtée, au bout d'un mois, mon médecin demanda une prise de sang pour contrôler mon état de santé. Les anticorps étaient en augmentation (ceci dit le spécialiste des maladies infectieuses m'a dit que si la prise de sang indique bien la contamination par la bactérie, elle n'en indique pas l'activité et donc le stade de la maladie : seuls les symptômes sont révélateurs de la maladie, encore une erreur de mon médecin : ce que je veux dire en clair, c'est qu'on détecte bien la maladie de Lyme par prise de sang, les contrôles ultérieurs par prise de sang sont ensuite inutiles). Toutefois, affolée (ce fut ma chance), elle jugea bon de m'envoyer voir un spécialiste des maladies infectieuses et heureusement : il était plus que temps. Je commençais à entrer dans la phase la plus ardue : troubles visuels, perte de mémoire, anxiété incontrôlée, fatigue constante, douleurs dans tous les membres.... Ce médecin me dit tout de go que j'avais été très mal traitée et qu'au départ, j'aurais du recevoir une dose beaucoup plus forte et longue d'antibiothérapie et que maintenant pour me guérir totalement, je devais inguriter pendant 4 semaines et sans m'arrêter 6 gr d'amoxilline par jour, que mon cas n'était pas désespéré, que je guérirai totalement mais que j'avais de la chance parce que lorsqu'on laisse pourrir la maladie surtout au delà de 5 ans, y'a des séquelles. Vous voyez un peu ce que ça donne comme traitement sur la photo et ce n'est que la moitié de ce que j'ai ingurgité !

medicaments

Beaucoup moins sympathique que mes recettes n'est-ce pas ?

Alors amis promeneurs, si vous avez un jour un gros érythème rouge et migrant (qui s'étale de façon centrifuge) et même si vous n'avez pas aperçu de tique, filez chez votre médecin et exigez votre antibiothérapie (15 j seulement au stade initial, celui de la première apparition de l'érythème, symptôme le plus connu et le plus visible de la maladie quand on a la chance de l'avoir). S'il ne vous croit pas, changez de médecin, au moins pour cette fois !

Les tiques provoquent des maladies sérieuses. Dans mon canton, le soir autour de la table, on raconte l'histoire de gens qui sont invalides à cause de cette maladie. Et si vous avez un chien, sachez que pour eux ça peut-être  mortel, elles peuvent leur transmettre la pirosplamose : maladie qui détruit les globules rouges du sang.
 
Un dernier petit conseil, ne croyez absolument pas tous les bonimenteurs qui vous racontent comment enlever une tique. Allez dans une pharmacie et achetez la petite pince même si c'est cher : on coince la tique et on tourne, ça va tout seul.

tire_tique

Les autres méthodes sont dangereuses notamment l'éther qui provoque la régurgitation de la tique et ainsi aggrave les risques de contamination (dixit le médecin des maladies infectieuses et toute autorité médicale sérieuse). Inspectez vous au retour d'une promenade. Plus vite vous détectez la tique, plus vite vous la retirez, plus vous êtes surs de ne pas devenir porteur de la maladie : il faut 24 heures pour être infecté et ne vous fiez pas à leur taille : les plus petites sont parfois les plus méchantes.
tiquenoir

Pour le reste et les adresses allez sur l'autre article. Ah oui, aujourd'hui tout va bien, je vais bien, j'ai plus jamais repris d'antibiotiques depuis et tous les symptômes ont disparus. Seulement, quand je vais dans la forêt ou que je parcours de hautes herbes, je me couvre des pieds à la tête et  je m'asperge de répulsif : eh oui, on est pas immunisé en plus.... Allez bonne promenade quand même. Personnellement, ça ne m'arrête pas. Tiens d'ailleurs, en ce moment, je ne suis pas derrière mon ordinateur, mais je me promène dans les grandes herbes....
 
Quelques articles sur le net  :
Lire des articles de la rubrique

Rétrospective 2006

Lundi 15 Janvier 2007, 12:16 GMT+2par Eglantine
top ten, top 10, top dix, le meilleur de 2006
Voici une petite rétrospective de l'année 2006 sous forme de top 10.

Classement par ordre alphabétique.

En dessous une petite note sur le pourquoi de la sélection.



calissons

A ma grande surprise, cette recette ultra simplissime est celle qui remportera le plus grand succès


Confiture d'Eglantine

cynorrhodon

Un projet qui me prendra plusieurs mois à réaliser : observation, cueillette, réalisation fastidieuse mais le résultat est là.


Kiwi en tatin et sa chiffonnette caramélisée

kiwi_tatin

Un vrai délice, je commence à découvrir la feuille de brick. Plus rien ne m'arrêtera.


Lotte en sauce et endives parfumées

lotte_orange

Un classique absolument délicieux. L'endive devient ma copine.


Pavlova aux fruits rouges et ses 3 coulis

pavlova_fruits

Un défi comme toujours le KKVKVK mais sur celui là, je m'éclate particulièrement bien. L'inspiration est au rendez-vous. Le résultat est à la hauteur. Un vrai bonheur !


Pieds de mouton à la gersoise

pied_de_mouton

Coureuse des bois, je ne mangeais pas le pied-de-mouton. Il entre dans notre foyer grâce à cette recette.


Puits de bonheur thé matcha et fraises

the_matcha_fraises

C'est la découverte d'un produit jusqu'alors inconnu pour moi. J'aime la saveur subtile du thé matcha. Un regret, je n'ai pas assez de temps pour l'exploiter plus profondément. Peut-être en 2007.


Salade melon, raisins, tomates, sésame

salade_melon

Un mélange harmonieux et light pour l'été. C'est le début d'une aventure avec un livre trop longtemps délaissé et aussi la marche vers une cuisine différente.


Verger Lorrain

verger_lorrain

Uniquement pour le plaisir, pour mon plaisir. J'ai beaucoup aimé ce gâteau. Un vrai jeu de patience pour le réaliser.


Tarte safranée duo courgettes

tarte_safran_courgettes

Là, je suis fière. J'arrive presque à reconstituer une recette goûtée peu de temps auparavant sans en avoir la formule.

Toutes ces recettes ont deux points communs, elles m'ont fait avancer culinairement parlant et je ne les avais jamais faite auparavant. Plusieurs d'entre elles ont déjà été refaites. Certaines sont des copies conformes de recettes piochées dans des magazines ou des livres, trois d'entre elles sont tout simplement le fruit de mon inspiration et de mes expériences précédentes : la pavlova, les douceurs au thé matcha et la tarte safranée. Rien que concernant cette page, voici la liste des ingrédients jamais utilisés (ou si peu) en cuisine avant 2006 : kiwi, cynorrhodon, bricks (sauf pour les fantaisies au maroilles), endives, pied-de-mouton, thé matcha, sésame...

Même si on est jamais totalement l'auteur d'une recette car celle ci est le fruit de l'expérience ou une variation de quelque chose qui existe déjà, voici la liste des autres recettes pour lesquelles mon imagination fertile a travaillé en 2006 :

Lire des articles de la rubrique