BIENVENUE SUR Le Placard d'elle
RECHERCHE
Accueil> Tous les articles de la rubrique douceurs
Eglantine

Le Placard d'elle

Elle, c'est Eglantine. Ses racines sont en Argonne dans un petit village perdu à la lisière de la grande forêt. Eglantine vous parle de sa cuisine, de ses souvenirs, de là-bas mais aussi d'ailleurs...

Croustillants à la noix de coco

Samedi 28 Avril 2012, 15:45 GMT+2par Eglantine
J'ai toujours un peu de mal avec les gâteaux à la noix de coco que je trouve souvent un peu écoeurant. Mais ici, ce n'est pas le cas. On obtient un biscuit aérien et croustillant.

Croustillants coco

Pour 40 à 50 biscuits

200 gr de sucre
125 gr de noix de coco râpée
150 gr de beurre ramolli
150 gr de farine
2 oeufs
1/2 sachet de levure chimique
 
Battre ensemble oeufs et sucre. Ajouter la noix de coco râpée puis la farine, la levure et le beurre. Bien mélanger.

Avec deux cuillères à café, former des petits tas espacée sur une tôle recouverte de papier sulfurisée.

Mettre à four moyen une quinzaine de mn (th 200°). Bien vérifier de temps en temps la cuisson. Les gâteaux doivent rester clairs à l'intérieur.
Lire des articles de la rubrique

La glaise, la gaize et les truffettes d'Argonne

Lundi 2 Janvier 2012, 13:37 GMT+2par Eglantine
Meilleurs voeux

J'ai longtemps confondu la glaise et la gaize : ces deux mots aux consonances si proches avaient pour moi la même signification.


Enfant, une de mes principales distractions était de suivre ma cousine pour emmener les vaches aux champs. Il fallait alors longer un petit bois. Nous laissions le chemin aux vaches pendant que nous serpentions à travers la forêt à la recherche du moindre trésor : champignons, noisettes, faines de hêtre...  Mais le plus beau des trésors, c'était à l'approche de la clairière, juste avant de franchir la dernière tranchée que nous le trouvions. Ça ne payait pas de mine, juste un endroit un peu marécageux, lourd et collant par temps maussade : c'était une terre rouge et malléable à nulle autre pareille. On en remplissait notre besace.

La terre était, certes, très impure mais revenus à la maison, on passait des heures à la modeler. Cendriers, figurines, notre imagination pouvait s'exprimer à l'infini mais le plus souvent ce sont des billes que nos mains façonnaient. Évidemment, quelques unes se fendillaient à la cuisson et étaient inutilisables, les autres étaient peintes avec de simples gouaches et nous assuraient des heures de jeux. C'est dans la rue alors pratiquement vierge de toute circulation que nous jouions mais parallèlement, nous avions construit une formidable piste : dans le hangar de mon cousin, les betteraves fraichement récoltées laissaient une immense couche épaisse de poussière. Loin de toute règle d'hygiène rudimentaire, nous sculptions cette poussière comme on sculpte le sable afin de permettre à nos billes de rouler tout doucement à travers un dédale de rigoles.

Lorsque j'ai entendu pour la première fois le nom de ce petit bonbon "la gaize d'Argonne", je me suis aussitôt imaginée que tout le monde faisait des billes en Argonne. Je trouvais tout de même étrange la couleur qu'on leur donnait, les notres étaient bien plus colorées. Alors un jour, j'ai quand même fini par me documenter et découvrir que la gaize d'Argonne, c'est bien autre chose et que finalement, je l'avais sans doute côtoyée très souvent sans la connaître : la gaize est une pierre poreuse, grisâtre parfois verdâtre qui contient en quantité plus ou moins limitée de l'argile. Elle est parfois utilisée pour la construction de l'habitat traditionnel, si bien qu'aujourd'hui, je me demande même si  la maison de mon enfance n'en contient pas. Je laisse toutefois le sujet à des personnes expérimentées car mes connaissances en géologie sont plus que limitées. Depuis ma mémoire a parcouru les chemins de mon enfance et je sais ou je peux la trouver. Aussi, lorsque j'aurais un peu de temps, j'irais faire quelques photos qui complèteront cet article.

La glaise et la gaize ont toujours cohabité : pendant la grande guerre, grâce à la gaize, les soldats creuseront le sol et pourront s'abriter facilement dans un dédale de tranchées et de tunnel mais les jours de pluie, la glaise grasse, collante et glissante augmentera leur calvaire.

En Argonne, La glaise et la gaize ont donné naissance à deux produits régionaux : la poterie et les bonbons avec cette nuance peut-être que la glaise est une argile impure et que les potiers utilisent une argile d'excellente qualité. Pour la poterie ou la faïencerie, il faut se tourner du côté de Passavant ou subsiste l'un des derniers potiers de cette région...

Poterie de Passavant en Argonne


Quant à la gaize, aujourd'hui je vous présente une recette inspirée de la confiserie dite "gaize d'Argonne" du nom de ses créateurs, elle en contient les principaux ingrédients. Toutefois la recette originale est protégée et appartient à un pâtissier ménéhildien. Je l'appellerai donc pour vous truffette d'Argonne. J'ai testé deux recettes différentes et franchement elles sont très proches si bien que je ne sais laquelle vous conseiller.

imitation gaize d'argonne

1ère recette trouvé dans mes cahiers sous le nom de "glaise d'Argonne"...

125 gr de chocolat blanc
50 gr de beurre
1 entremet pistache (remplacé par une très généreuse cuillère à café bien bombée de véritable pâte de pistache façon P. Hermé)
1,5 cuillère à soupe d'alcool de mirabelles
sucre glace

Faire fondre le chocolat avec le beurre dans une casserole au bain marie. Ajouter les autres ingrédients et bien remuer. Mettre à refroidir. Former des boules qu'on passe dans du sucre glace.

2e recette inspirée de truffes au chocolat blanc

100 gr de chocolat blanc
30 gr de crème fraiche épaisse
20 gr de beurre (qu'il faudrait remplacer par du beurre de cacao)
1 très généreuse cuillère à café bien bombée de véritable pâte de pistache façon P. Hermé)
1 cuillère à soupe d'alcool de mirabelles
sucre glace

Faire chauffer la crème liquide. Faire fondre le chocolat dans la crème liquide. Ajouter le beurre et les autres ingrédients. Mettre à refroidir. Façonner de petites boules qu'on passe dans du sucre glace.
 
gaize d'argonne - imitation


Un conseil : utiliser plutôt du chocolat blanc de couverture... Le mien n'avait pas la qualité optimum mais ces délicieuses truffettes étaient quand même excellentes.
Lire des articles de la rubrique

Pommes d'amour et Pop Corn

Dimanche 15 Mai 2011, 14:56 GMT+2par Eglantine
Ma fille a pris l'habitude ces derniers temps de participer à des sorties ou chacun doit faire découvrir un lieu insolite à l'ensemble du groupe. C'est à Dadipark qu'elle les a emmenés et elle a choisi pour l''occasion d'accompagner son escapade de douceurs d'enfance. Je me suis surprise moi-même à rêver devant les photos de ce lieu et j'ai choisi de vous en faire partager quelques unes, avec sa permission, après vous avoir livré la recette des pommes d'amour et du pop corn.

pop corn et pommes d'amour

Dadipark est un lieu qui a vécu une cinquantaine d'années (de 1949 à 2003) avant qu'un terrible accident mette fin à son activité. Aujourd'hui, les structures sont toujours en place et visibles par le public. On se prend à rêver à toutes les activités qui ont du faire battre le coeur de ce parc pendant toutes ces années et à regretter finalement qu'un tel lieu n'existe plus.

Intro

Pour la visite, ce sera en fin d'articles. En attendant je vous livre les deux recettes réalisées pour cette escapade. 
Pas besoin d'un grand savoir faire mais une bonne maîtrise quand même de la flamme car il s'agit là surtout de caramel....

Pop Corn

1 cuillère d'huile de tournesol
Maïs à Pop Corn
Sucre

On choisit un récipient en inox avec un fond assez large. On met dedans une cuillère d'huile et 3 grains de maïs puis on fait chaufer à feu assez vif en coiffant le tout d'un couvercle (induction, bouton sur 7). Lorsque les 3 grains pêtent, on ajoute une belle poignée de maïs et on repose le couvercle (indispensable si on veut garder quelque espoir d'en manger car le pop corn a tendance à sauter). Les grains vont s'éclater dynamiquement les uns derrière les autres tout en embaumant votre maison et en diffusant une joyeuse musique.



 De temps en temps, on secoue un peu la casserole. Quand le bruit cesse. On saupoudre généreusement de sucre, on laisse sur le feu et on tourne avec une cuillère. Le sucre va caraméliser et enrober le pop corn. On retire du feu avant que le caramel ne vire au brun. Attention, même hors du feu, il continue à foncer un certain temps.

Y'a plus qu'à servir. Vous pouvez le stocker dans un sachet plastique à l'abri de l'air. Ca peut se conserver quelques jours sans aucun souci.
 
Pommes d'amour

Au moins une pomme
Du sucre (ou du sucre et du glucose - pour 150 gr de sucre, 30 gr de glucose)
Du colorant (facultatif)


Pomme d'amour

Avec une râpe, on rend un peu rugueuse la pomme afin que le sucre adhère. On fait un caramel blond. Si on choisit de mettre du colorant, mieux vaut être en possession d'un thermomètre autrement il est très difficile de surveiller la caramélisation. Le colorant se met aux alentours de 120 °. La caramélisation se fait aux alentours de 155°.

Auparavant on a pris soin de planter des batons dans la pomme (chez nous des brochettes qu'on plante par 3). Lorsque le caramel est prêt, on tourne très rapidement la pomme dedans le caramel encore blond. Ensuite, on a deux solutions

  •  Soit on pose directement la pomme sur un marbre
  •  Soit on la passe rapidement dans un récipient d'eau froide puis on la pose sur un marbre huilé. Personnellement, je préfère la deuxième solution car le caramel reste mieux autour de la pomme et en plus, il fait de petites bulles très esthétiques.
Pas génial pour les dents tout ça...


Allez, maintenant, je vous emmène à Dadipark....

Entree dadipark

Portail d'entree dadipark

on retrouve toutes les structures qui ont fait l'amusement de milliers d'enfants.

balancoire

tobogan

dans les airs


Ballons

petit train de dadipark

structure en hauteur


Bien entendu, ici et là, on trouve des indices de l'abandon du parc qui font un peu peur

bouteilles de gaz

On trouve aussi quelques traces du passage d'anciens visiteurs. Peut être que celui ci se reconnaitra. PS à son attention : on a aussi une copie de la photo en couleur mais pas l'original.....

photo de visiteur


Il y avait des lieux pour s'abriter... mouais enfin, je sais pas si j'entrerai dans ces bâtiments....

batiment

hansel et gretel

batiment autre


Evidemment, on pouvait aussi acquérir quelqes douceurs. D'ailleurs, à ce propos, ne trouvez vous pas qu'avec l'euro, la dame blanche a considérablement augmenté de prix ?

qui veut des caramels

la dame blanche

cornet de glace

Aujourd'hui encore, quelques manèges font toujours le bonheur des visiteurs.
 
toboggan en activite

roue qui tourne

sur le truc qui tourne



Au final on s'émerveille assez facilement du retour de la nature qui donne à cet endroit un air si particulier et si bon enfant. On passe tour à tour sur la grande muraille de Chine ou ou se retrouve sur une pirogue dans la jungle.
 
sur le pont dans la jungle

perdu au milieu de la forêt

envahissement par la forêt

lac perdu

retour des fleurs

Et voila, la visite est terminé. A très bientôt !

sortie de dadipark

Lire des articles de la rubrique

Les merveilleux gâteaux de Suzanne

Lundi 15 Fevrier 2010, 11:40 GMT+2par Eglantine
Suzanne roth : les petits gâteaux d'Alsace
Je dois avouer que je suis de plus en plus débordée et que j'ai vraiment du mal parfois à tenir ce blog. Mes réalisations dépassent et de beaucoup mon rythme de publication. J'ai choisi depuis longtemps de ne publier que ce que j'estime le meilleur ou le plus intéressant et les gâteaux de Suzanne en font partie.

Les petits gâteaux d'Alsace

Avec Suzanne (je parle de Suzanne Roth), ce fut tout de suite le coup de foudre lorsqu'une collègue de bureau ramena une pleine boîte de ses petis gâteaux. J'ai d'abord testé une recette : les merveilleuses croquettes aux noisettes.

Suzanne roth : les petits gâteaux d'Alsace

Depuis, je me suis procuré son livre : les petits gâteaux d'Alsace. Les recettes sont rigoureusement exactes et on n'obtient sans souci de délicieux petits gâteaux. On a aussi un coin qui concerne les blancs d'oeufs. Le seul reproche : Suzanne devait aimer recevoir : personnellement, je divise systématiquement les proportions par deux.


Attention, cet article n'est pas un article publicitaire. C'est vraiment un coup de coeur pour un livre et pour ceux qui aiment accompagner leur thé ou leur café d'une petite douceur, je trouve qu'il est absolument dommage de se priver d'une source d'aussi bonne qualité et si bon marché.

J'ai d'ailleurs décider de tester toutes les recettes mais ne comptez pas sur moi pour en faire autant de billets.

Je vais donc pour une fois vous présenter deux recettes : l'une qui utilise les blancs et l'autre qui utilise les jaunes. ATTENTION : ces deux recettes nécessitent le repos de la pâte mise en forme ou non, pendant toute une nuit.

Les couronnes au beurre

couronnes au beurre

300 gr de farine
105 gr de sucre
3 jaunes d'oeufs
Zeste d'un 1/2 citron
210 gr de beurre

Garniture

Amandes effilées
sucre cristallisé
Blanc d'oeuf

Travailler légèrement le beurre en mousse. Ajouter le sucre, les jaunes un à un, le zeste de citron et la farine. Pétrir un peu cette pâte à la main et laisser reposer une nuit.

Le lendemain, abaisser la pâte sur 4 à 5 mm. Faire des ronds avec un verre. Prélever le centre avec un dé à coudre. Pour celles qui n'aiment pas la couture, j'ai utilisé le bouchon d'un tube de rouge à lèvre.

Badigeonner de blancs d'oeuf, parsemer d'amandes, saupoudre de sucre cristallisé. J'ai utilisé du sucre de canne dont le grain est équivalent à celui du sucre cristallisé.

Mettre sur du papier sufurisé. Cuisson : 15 mn au four,  th 180°.

Les petites boules au chocolat

Comme la recette utilise les jaunes et pas les blancs, avec ce qu'il vous reste de blanc, vous pouvez faire des petits gâteaux au chocolat, appelés Baredatze dans le livre.

les moules au chocolat

165 gr d'amandes en poucre
165 gr de sucre en poudre
83 gr de chocolat à croquer râpé
2 blancs d'oeufs
1/3 de cuillère à café de cannelle
1 petite pointe de couteau de girofle en poudre
zeste d'un petit citron
2/3 de cuillère à soupe de cacao

Battre les blancs d'oeufs en neige très ferme. Ajouter les amandes, le chocolat râpé, le sucre, les épices, le zeste de citron et le cacao. Bien mélanger avec une cuillère.

Saupoudrer le plan de travail de sucre en poudre. Faire des boules et les rouler dedans puis les passer dans un moule en bois pour leur donner leur forme. J'ai utilisé le moule ramené du Maroc qui est pour moi de plus en plus précieux. Pour celle qui n'en possèdent pas, vous pouvez soit aplatir un peu la boule, soit détourner un objet (exemple bouchon d'épices ou autre) pour en faire un moule.

Déposer les gâteaux sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Les gâteaux doivent patienter une nuit à l'air libre. On enfourne au petit matin. On mange les gâteaux quand ils sont bien froids. Vous verrez, ils sont moelleux et irrésistibles mais il faut aimer un peu les épices.

Cuisson : 15 mn au four,  th 180°.

les petits gâteaux d'Alsace de Suzanne Roth

Et les troisièmes gâteaux de la photo me direz vous. Et bien là, je suis un peu fatiguée... alors pour aujourd'hui ce sera tout. Je vous avais prévenu. Vous n'aurez pas toutes les recettes....
Lire des articles de la rubrique

Maamouls

Vendredi 16 Octobre 2009, 11:29 GMT+2par Eglantine
tabi
Il me fallait  l'essayer ce joli objet que j'avais ramené du Maroc. C'est sur un coup de tête que je l'ai acheté. J'ai tout simplement trouvé qu'il était joli....  Le vendeur souriait sur qu'il allait faire une bonne affaire.

Tabi ou empreintes à maamoud ou moule en bois
 
- Combien cet objet ?
- 10 dirhams la sculpture !
- Heu, c'est pas un peu cher (on m'a toujours appris que dans les souks faut marchander surtout à Marrakech où les prix à la vue du touriste sont systématiquement multipliés par trois et même plus...)
- Non, non, c'est le prix. C'est du travail artisanal ça, regarde c'est sculpté à la main. Mais si tu veux, j'en ai des plus petits avec 1 ou 2 sculptures
- Oui mais quand même... 5 sculptures c'est bien, c'est même nécessaire... tu peux pas faire un petit effort...
- Si tu préfères, tu peux prendre celui là, il est beaucoup moins cher (il m'en présente un en plastique)
- Pfffffff, moins cher mais beaucoup moins joli....
- Il est en bois de citronnier, tu fais une bonne affaire habituellement, c'est 10 Dirhams de plus pour le bois

Je balaye la boutique d'un regard résigné (y'en a drôlement beaucoup des choses que je pourrais acheter la dedans).... il a bien vu le boutiquier que dans mes yeux y'avait une grande lueur avide (mais chose qui ne lui a pas échappé, une lueur non désespérée).... il sait aussi qu'en France, j'aurai du mal à trouver un tel produit.... je ne résiste pas bien longtemps : au diable l'avarice, quelques secondes plus tard, l'objet est dans mon sac prêt à s'envoler pour la France.... j'aurais du lui prendre aussi quelques gaufriers... je sais pas ce qu'ils font dedans mais la forme est sympa...  très bien l'idée de partir en vacances avec un sac à dos mais pour les emplettes, c'est pas top.....

C'est bien joli d'avoir un superbe moule en bois mais maintenant, il faut passer aux exercices pratiques. D'abord une recherche Internet : tiens ça s'appelle un tabi. Ca sert à faire des maalouds.... mais c'est libanais ça, c'est pas marocain !!!.

Un petit tour chez Cake and the city et hop, voilà le résultat.

maamoul faits avec empreinte en bois ou tabi

Ils ont de l'allure maintenant mes petits gâteaux. Finalement, je crois que j'ai fait une très bonne affaire : la sagesse dit, le juste prix, c'est celui que tu es prêt à mettre !

La pâte

J'ai diminué les proportions de moitié :
250 g de semoule fine
15 g de sucre en poudre
1/2 c à c de levure chimique
125 g de beurre très très mou
3 cl de lait
3 cl d'eau de fleur d'oranger

Mélanger semoule, sucre et levure. Ajouter le beurre ramolli et travailler du bout des doigts pour obtenir un mélange sablé. Ajouter enfin le lait et l'eau de fleur d'oranger. Pétrir la semoule pendant une minute et former une boule de pâte que vous laisserez reposer pendant 1 heure.

Garniture aux noix

75 g de noix
2  cuillère à soupe légèrement bombée de sucre en poudre
1 cuillère 1/2 à soupe d'eau
Camille y ajoute des zestes d'orange, moi j'y ai mis quelques morceaux d'orange confite.

Mixer ensemble sucre, noix, zeste d'orange. Lier le tout avec l'eau.

Garniture aux dattes (préparation au feeling)

Pâte de dattes
Sucre
Fleur d'oranger
Un peu de cannelles

Ici, la façon de faire est plutôt au feeling. Le but est d'obtenir en mélangeant tous les ingrédients une pate un peu molle suffisamment sucrée et parfumée. Je n'ai pas pesé mes ingrédients.

Le façonnage

On prend un peu de pâte qu'on étale avec un rouleau. Puis on découpe un morceau au milieu duquel on dépose un peu de pâte. On referme bien la pâte sur le tout afin d'obtenir une petite boule. On met dans le tabi pour donner une jolie forme au tout et une fois l'empreinte dessinée, on met sur une plaque. On peut aussi faire une boule ronde qu'on fourre et qu'on referme.

Enfourner pendant environ 15 mn dans un four th.. 160°C. Les maamouls sont prêts lorsque les bords commencent à colorer. Laisser refroidir avant toute manipulation. La chose est fragile Saupoudrer de sucre glace.
Lire des articles de la rubrique

Les caissettes de Wassy

Vendredi 13 Mars 2009, 11:09 GMT+2par Eglantine
Je vous ai déjà  parlé dans un article de ces petites boîtes que pafois nous avions l'occasion de déguster lorsque nous allions rendre visite à  notre grand-mère. Je ne sais pas si elles existent encore, mais j'en garde un tel souvenir de bonheur que j'ai toujours eu envie de pouvoir un jour les déguster de nouveau.

Dans les vieux carnets manuscrits de ma mère qui recèlent des trésors, j'ai eu l'immense joie de découvrir la recette et j'ai décidé de vous la faire partager. La réalisation est extrêment simple.

caissettes de wassy


1 blanc d'oeuf
50 gr d'amandes effilées
50 gr de sucre

Caissette de wassy


Bien mélanger à  la fourchette oeuf et sucre, ajouter les amandes effilées. Et c'est tout... fastoche non ! cuisson 1 h 30 environ à  four très doux (autour de 100°). Attention, la préparation doit rester blanche. A noter que ces petits gâteaux ne se conservent pas très bien, à  manger donc très rapidement mais ce n'est pas un problème !

Le plus délicat, c'est la cuisson et si j'avais voulu respecter jusqu'au bout la recette, j'aurais du contruire les petites boîtes pour contenir la pâte et les cuire dans ces petites boîtes. J'ai utilisé des moules en silicone recouverts d'une feuille de papier sulfurisé. J'ai démoulé les gâteaux à  mi cuisson, puis je les ai mis à  l'envers sur la feuille de papier sulfurisé. Je les ai de nouveau couvert. Promis, une fois, je m'amuserai à  construire les boîtes mais je crois que j'ai quand même certaines limites en cuisine.
 
Diagnostic : pour être franche, si je me souviens bien du plaisir que nous procuraient les boîtes de wassy, je dois avouer que j'en ai oublié le goût réel. Ce dont je suis certaine, c'est que ces boîtes croquantes et fondantes à  la fois ont fait merveille sur ma table. Elles accompagnaient une assiette de mignardises.

assiette de mignardises


Sur la photo, la merveilleuse tarte citron orange de Pierre Perret, les tout autant merveilleux carrés cheesecake au chocolat de  Graine de Patate (mon premier cheesecake, j'avais un doute sur l'utilisation du St Moret mais je me suis dit qu'après tout, on faisait de merveilleuses préparations avec le beurre salé : c'était un délice, merci froh gy), une sauce anglaise et quelques fruits rouges juste chauffés avec un peu de sucre.
 
Lire des articles de la rubrique

Douceurs amandes et fruits confits

Vendredi 6 Fevrier 2009, 11:08 GMT+2par Eglantine
Ici des petits gâteaux très vite faits avec ce que j'avais sous la main. Suite à la confection de petits sablés, il me restait les 2/3 d'un oeuf entier + un blanc. Dommage de les jeter, j'ai donc improvisé. Ici, pas de proportions exactes, tout est au feeling... comme quoi, la cuisine, c'est parfois très, très facile....

Douceurs amandes et fruits confits

2/3 tiers d'oeufs (reste de dorure)
1 blanc d'oeuf
Une cuillère légèrement bombée de farine
Sucre
Amandes mixées
Ecorces d'oranges (ou autre)
Beurre fondu (facultatif)

sur le dessus
Amandes concassées
Sucre
Un peu de beurre

On mélange tous les ingrédients ensemble et peu à peu. On doit obtenir une mixture assez souple, style pâte à gâteau, pas trop sucrée pour ne pas être écoeurante (surtout si on met des fruits confits dedans après). La farine ne doit pas être omniprésente. Dans mes gâteaux, pas de beurre fondu mais on peut en mettre un peu si on les veut un peu plus souple (type financier).

On coule le tout dans de petites empreintes (graissées auparavant). A l'intérieur on glisse un fruit confit et sur le dessus on parsème d'amandes concassées, d'un peu de sucre et d'une pointe de beurre.

Et hop au four pour une dizaine de minutes.

Ca part très vite : 12 empreintes parties en moins d'une demi-heure grâce à trois personnes dont moi... et je n'en ai mangé qu'une ! c'est dire.
Lire des articles de la rubrique

Petits sablés à la confiture

Lundi 2 Fevrier 2009, 10:50 GMT+2par Eglantine
Je ne sais pas vous mais moi, en ce qui me concerne, j'ai de plus en plus de mal à suivre le rythme de mes réalisations pour la publication de mes articles. Manque de temps certain. Ma production littéraire est loin de représenter tout ce que je cuisine. Je découvre sans cesse de nouvelles recettes, j'utilise de nouveaux ustensiles.

Ici, sur un coup de tête j'avais acheté de petits emporte-pièces. Jamais utilisés, ils trainaient au fond d'un de mes tiroirs. En manque de petits gâteaux et à la faveur d'une journée libre, j'ai décidé de les tester.

sablés à la confiture

250 gr de farine
125 gr de sucre semoule
125 gr de beurre
1 jaune d'oeuf
5 cl de vin blanc
1 oeuf pour dorer la pâte
Confiture (mirabelles dans la recette d'origine, mûre sur la photo)
Sucre glace (facultatif)

Préparer la pâte sablée. Mélanger intimement farine, sucre et beurre amolli. Sabler la pâte entre les doigts puis faire un puit. Lier le tout avec oeuf et vin blanc. Rassembler le tout et assez rapidement en une grosse boule que vous mettrez au frais une heure environ.

Préchauffer le four sur Th. 200°.

Etaler la pâte au rouleau et découper les formes égales et assez fines. Pour un gâteau, il vous faut deux découpes. Avec un petit emporte-pièce, enlever le centre de la moitié de vos formes.

Sur une plaque, déposer une forme pleine puis dessus, une forme percée. A l'intérieur de la forme percée, déposer une petite couche de confiture. Dorer à l'oeuf et faire cuire 12 à 15 mn. Respecter le temps de cuisson, le sablé trop cuit devient vite immangeable.

On peut saupoudrer de sucre glace à la sortie du four. C'est joli, mais ça n'apporte pas grand chose au gâteau.

Les sablés se conservent facilement une semaine dans une boîte en fer.
 
 
Cet article participe au jeu organisé sur Topmiam.
 
jeu click gourmand
 
Pour voir les modalités, cliquez sur le logo.
Lire des articles de la rubrique

Mendiants

Lundi 29 Decembre 2008, 11:16 GMT+2par Eglantine
Allez, une petite recette facile qui n'est pas prise de tête en cette fin d'année festive !

Il vous faut :

Du chocolat à patisser de la teneur en cacao que vous aimez (120 gr pour 12 petites empreintes)
Amandes
Noix
Noisettes
Raisin
1 moule avec des petites empreintes en silicone

Mendiants

Ne prenez pas un chocolat ordinaire mais bien un chocolat à patisser sinon vous risquez d'avoir des surprises. Moi j'utilise de petites pastilles dosées à 64 % de cacao.

Il faut préparer les fruits secs : les noix en demi cerneau, les noisettes entières, les amandes mondées (on les plonge dans l'eau chaude quelques minutes puis on retire la peau).

Une fois les fruits secs préparés, on les pose sur un plateau (sauf les raisins). On enfourne à four modéré jusqu'à ce que les fruits blondissent. On laisse refroidir et on frotte les noisettes pour enlever la peau.

Au fond de chaque empreinte, on dépose une noisette, une demi amande, un raisin, un demi-cerneau de noix. On fait fondre le chocolat au bain marie (on peut mettre une cuillère à soupe d'eau pour faciliter la fondue) et on verse sur les fruits secs. Mettre au frais mais surtout pas au frigo.

Inutile de s'embêter avec le tempérage. Le fait d'avoir été coulés dans un moule à silicone donnera au mendiant du brillant sur le dessus. Et puis de toute façon, vos invités les dévoreront à une telle vitesse qu'ils ne penseront à vous poser les questions qu'après dégustation et là,  je vous assure qu'ils auront oublié les imperfections !
Lire des articles de la rubrique

Petits sablés de Sablé-sur-Sarthe

Jeudi 10 Juillet 2008, 11:35 GMT+2par Eglantine
Beaucoup de gâteaux ont leur légende. Le sablé ne fait pas exception à la règle. Il serait né à Sablé-sur-sarthe. On trouve trace de ce petit sablé dès le 3e tiers du XVIIe siècle dans la correspondance que Mme de Sévigné entretient avec sa fille.

Les princes de Condé avait pour habitude de recevoir de nombreux convives le 1er lundi du mois. Le 1er lundi du mois de juillet 1670, le fameux Vatel,  alors Maître d’hôtel de l’illustre famille, fit servir « une multitude de petits gâteaux secs et ronds ».

 Madeleine de Souvré, marquise de Sablé, présente dans le salon ce jour là se fit l'ambassadrice de cette petite douceur en l'apportant à Louis XIV qui dès lors en exigea tous les matins pour son petit déjeûner. Elle ne s'arrêta pas là et promut le petit gâteau dans les salons du Faubourg saint-honoré puis place-royale à Paris.

Voila donc pour la petite histoire. Depuis, les pâtissier de Sablé-sur-Sarthe ont leurs recettes et leurs secrets de fabrication. Je ne pourrai pas vous dire si celui que je vous présente leur ressemble en goût puisque je n'ai jamais eu la chance de déguster l'original mais ils sont fort bons et présentés comme tels, de Sablé-sur-Sarthe sur la recette d'origine.

sablés

Entre 20 et 25 sablés (6 cm de diamètre)

75 gr de beurre
75 gr de beurre salé
125 gr de sucre
1 jaune d'oeuf + 1 jaune d'oeuf (dorure)
250 gr de farine
1 cuillère à café d'extrait de vanille

A défaut de beurre salé, on peut ajouter du sel, ce que j'ai fait.

Faites ramollir le beurre salé et le beurre cru à température ambiante. Saupoudrez de sucre et malaxez. Eventuellement, n'hésitez pas à vous servir de vos mains (éviter les engins électriques). Ajoutez le jaune d'oeufs et l'extrait de vanille. Saupoudrez avec la farine. Malaxez le tout. Ramenez en boule ou en boudin et laissez reposer 1/2 h.

Au bout de ce temps, étaler la pâte sur 1/2 cm d'épaisseur (la recette d'origine dit 1 cm mais je trouve ça bien trop haut). Découper avec un emporte-pièce (mes gâteaux ont un diamètre de 6 cm) et déposer les gâteaux sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Laissez reposer 30 mn (au frais de préférence).

Incisez les sablés avec une fourchette et badigeonnez les avec un jaune d'oeuf battu.
Cuire 15 à 20 mn th. 210°. Surveiller attentivement, ça peut roussir très vite. Ils doivent rester clairs.

Absolument délicieux !
Lire des articles de la rubrique

Gateaux aux pralines roses et ricotta

Vendredi 14 Mars 2008, 12:02 GMT+2par Eglantine
Muffins 
L'utilisation de la ricotta dans les gâteaux m'a toujours intriguée. Comme en ce moment, je suis plutôt dans une période, je teste les recettes des autres, j'ai eu envie de tester les gâteaux aux pralines roses de Mamina.


gâteaux aux pralines


Le résultat fut à la hauteur de mes espérances. Ils ont été mangé dans l'après-midi. Une amie de ma fille, fan des scones, m'a dit que ça y ressemblait beaucoup. Je ne saurais vous dire, car je ne connais pas les scones.... peut-être un prochain billet.

En tout cas, la recette est là (clic), je n'y ai rien changé ! Merci Mamina.
Lire des articles de la rubrique

Meringues aux amandes

Lundi 10 Mars 2008, 11:47 GMT+2par Eglantine
J'ai toujours eu un faible pour les meringues, tout comme mes enfants mais celles que j'aime particulièrement, ce sont celles aux amandes. Serait-ce dû au souvenir des merveilleuses caissettes de Wassy que j'avais goûté une fois, chez ma grand-mère à Bar-le-Duc ? d'ailleurs, je me demande si elles existent toujours ces petites caissettes, j'ai beau chercher sur le net, je ne trouve rien. Ce que je peux vous dire, c'est que ça se présentait dans un petit carton en forme de caisse blanche, que la meringue croquait et fondait dans la bouche un peu comme celle là !


meringues aux amandes


La recette n'est pas compliquée et depuis la pavlova j'ai définitivement opté pour cette recette et laissé celle-ci(clic), pourtant très bonne aussi mais d'une texture un peu différente.

Il vous faut :

4 blancs d'oeufs
250 gr de sucre
1cuillère à café de vinaigre de cidre
1 cuillère à soupe rase de maïzena
Amandes effilées

On mélange les blancs en neige bien dure puis on jette le sucre et on continue jusqu'à obtention d'une matière épaisse, ferme et brillante. On ajoute alors le vinaigre de cidre, on mélange, on ajoute la maïzena et on termine le mélange avec le batteur.

Les enfants aiment mieux les meringues sans les amandes, alors, pour eux, je fais des paquets avec deux cuillères à soupe, l'une qui contient la matière, l'autre qui la pousse sur la plaque recouverte de papier sulfurisé, puis dans le reste (ce que je me réserve), je jette une très grosse poignée d'amandes. Il faut être généreux avec les amandes. On doit les voir dans le blanc d'oeuf.

Ensuite, on fait cuire tout doucement et le temps de cuisson dépend de l'épaisseur de la meringue et de la consistance que vous souhaitez. Nous, on les aime un petit peu molles à l'intérieur et blanches.... alors je les mets dans le four à th. 110° et dès qu'elles menacent de prendre coloration, je baisse le four sur  95 ou plus... entre deux, j'en chipe une histoire de tester la consistance. Au pif, c'est 2 h 30  de cuisson (coeur moelleux).

Avec le café, pas besoin de vous raconter... c'est délicieux....

Bon, pour tout vous avouer, j'ai aussi la recette des caissettes de Vassy mais maintenant, il va falloir que je me débrouille pour trouver les petites caisses en carton ! et ne me demandez pas de quel Vassy, il s'agit, je n'en sais fichtrement rien et le net est absolument silencieux sur ce sujet.
 
grâce aux lecteur, je vous propose deux sites qui parlent des meringues de Wassy :
 
Lire des articles de la rubrique

Pâte de quetsches

Samedi 18 Aout 2007, 11:54 GMT+2par Eglantine

Il est des recettes qui sont de vrais bonheurs à réaliser : d'abord parce que ça sent bon dans toute la maison, ensuite parce que le résultat est la hauteur de vos espérances, enfin parce que vous réalisez un vieux rêve qui vous semblait inaccessible.

C'est le cas de cette recette trouvée encore une fois sur Internet.  Je l'ai repéré à l'identique sur plustieurs sites mais le premier que j'ai visité, c'est celui de Gustave qui donne aussi pas mal d'autres très bonnes recettes à base de fruits. Ma mère faisait parfois de la pâte de fruits (de pommes) qu'elle déposait à Noël au pied du sapin. Mais depuis bien longtemps, je pensais que ce type de recettes n'était pas pour moi. La preuve que non en images et explications.

Pâte_de_fruits

En ce qui me concerne, je n'ai fait que la moitié des proportions. Ce fut un tort.

Je vous invite à consulter la recette dans son intégralité sur le site de Gustave.

J'apporte les précisions suivantes par rapport à la recette d'origine. L'utilisation du presse-purée permet de récupérer la pulpe débarrassée de ses impuretés.

Voyez comme l'étape du bouillonnement est joli. Un vrai régal des yeux et de l'odorat. En fin de cuisson, il est préférable de baisser le feu. En aucun cas, le mélange ne doit caraméliser mais il doit épaissir jusqu'à se détacher nettement des parois ou du fond lorsque vous touillez avec une cuillère. La consistance en fin de cuisson m'a fait penser à la lave qui s'écoule des volcans..... Voui, voui....

 

pâte_de_fruits_bouillonnement


Ci-dessous, la phase paton. La pâte ne colle plus aux doigts.

Paton_pâte_de_fruits
Pâte_de_prune_coupe


Un petit coup de dents et cette pâte de fruits révèle toute sa texture et sa saveur.

Pâte_de_quetsches_croquée

 

Ces pâtes de fruits se gardent très bien. Le lendemain le sucre autour est devenu transparent mais reste intact, il ne fond pas. Deux jours après, c'est toujours pareil. Ces pâtes de fruits égalent les meilleurs pâtes de fruit bio qu'on trouve sur le marché, elles sont parfaites et entièrement à base de produits naturels et communs ce qui ne gâte rien. Elles ne laissent pas l'impression d'avoir mangé un pavé de sucre comme la plupart des pâtes de fruits bon marché.

deux_jours_après

La preuve en image : 2 jours après


Heu, c'est pas beaucoup ça, pourquoi j'ai fait qu'avec 500 gr de fruits. Quoi, qu'est ce que j'entends, comment ça y'a plus de prunes.......... Pas grave, j'en ai mis quelques-unes unes au congélateur, je vais pouvoir encore faire joujou.... et puis y'a des mures dans le jardin....... qu'est ce que je vais bien pouvoir en faire ? Aurais-je d'ailleurs le temps de m'en occuper ? Je pars une semaine un peu plus au sud. A bientôt !

Autour de la Prune :


 

 

Lire des articles de la rubrique

L'Irrésistible caramel au romarin

Lundi 6 Aout 2007, 11:59 GMT+2par Eglantine
Voici un irrésistible caramel, ultra facile à réaliser et agréablement parfumé. L'essayer, c'est l'adopter.

caramel_au_romarin2

Trois cuillères bombées de sucre (environ 100 gr)
1 cuillère à soupe de miel de montagne
Eau
Romarin
Crème liquide en fonction de la consistance voulue.

Faire un caramel blond avec le sucre et l'eau, retirer du feu et ajouter le miel de montagne puis ajouter de la crème liquide en fonction  de la consistance voulue. Parfumer avec du romarin, laisser infuser et passer le caramel.

caramel_au_romarin

L'avantage de cette recette, c'est que le miel empêche le caramel de durcir dès l'ajout de la crème ou d'un liquide quelconque.

A déguster sans modération sur une glace ou tout simplement comme  ici sur la photo sur un petit fromage blanc en faisselle !
Lire des articles de la rubrique

Petits niortais

Vendredi 6 Avril 2007, 12:28 GMT+2par Eglantine
Gateau à l'angélique

La recette de ces petits gâteaux porte le titre : petits niortais mais je ne suis pas sure que ce soit une spécialité de Niort. Par contre, il est certain que l'angélique est une spécialité de là-bas.

J'adore l'angélique. Lorsque nous achetions des boîtes de fruits confits, il fallait me raisonner pour que je n'avale pas en premier le petit bout d'angélique confite qu'il y avait dans ces boîtes. C'est un de mes péchés mignons. Aujourd'hui, on trouve des boîtes entières de ce merveilleux produit et c'est tout naturellement que j'ai eu envie de l'utiliser dans une recette.

Ces petits gâteaux sont une merveille de douceur. Le rhum masque beaucoup le goût de l'angélique mais sans le rhum, ils seraient certainement beaucoup moins savoureux. Chez nous, ils ont obtenus  un franc succès : ils ont été dévorés à une vitesse extraordinaire.

 

niortais

Se prépare sur deux jours :

  • 200 gr de poudre d'amandes
  • 100 gr de sucre
  • 60 gr d'angélique confite
  • 1 cuillère à soupe de rhum
  • 1/2 blanc d'oeuf
  • Sucre perlé (à défaut cristallisé)


Hacher menu l'angélique confite et la faire macérer dans le rhum au minimum une heure.

Mélanger sucre glace et blanc d'oeuf jusqu'à obtenir une crème à peine coulante. Incorporer alors la poudre d'amandes en terminant le pétrissage à la main. Ajouter l'angélique et son liquide de macération. Bien malaxer.

Faire un gros bloc avec la pâte. Couper en 15 à 20 petits morceaux que vous roulerez en petits boudins. Rouler ceux-ci pour les allonger et faire adhérer tout autour du sucre perlé (c'est le plus difficile : inutile qu'ils soient totalement recouvert, quelques grains suffisent mais sont cependant indispensables).

 

petits_niortais

 

Laisser reposer 12 heures.

Déposer sur une plaque de papier sulfurisé et faire cuire à four moyen 10 à 12 minutes jusqu'à ce qu'ils commencent à colorer.

Ils se gardent facilement quelques jours et sont alors encore meilleurs. Ces petits gâteaux me rappellent en fait les petits gâteaux orientaux, ils en ont toute la douceur. Un seul regret, ne pas avoir pris une photo de coupe. Ma fille en a redemandé et je viens d'acheter une nouvelle boîte d'Angélique...
.
 

Lire des articles de la rubrique